PUB

Crash d’avion : Félix Tshisekedi en danger ?

Le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi a passé quelques heures ce jeudi 10 Octobre dans ce que d’aucuns qualifient d’Hydre de l’insécurité en Rdc, la ville de Beni.
Le temps pour Tshisekedi d’un accueil chaleureux, suivi d’un meeting populaire et après de quelques rencontres avec des personnalités locales. Alors qu’en Avril dernier lors de sa première visite dans cette ville de la province du Nord-Kivu, le président congolais avait passé 48 heures. Faudrait-il rappeler que Beni a constitué la chute d’un voyage de quatre jours que Félix Tshisekedi a passé du 7 au 10 Octobre dans le Sud et le Nord Kivu.

A Bukavu chef-lieu du Sud-Kivu où il était arrivé le lundi 7 Octobre, pour l’inauguration du laboratoire agricole de l’IITA à Kalambo, Félix Tshisekedi avait, au cours d’une adresse populaire, déclaré qu’il se battra pour la paix, même si cela devait lui coûter la vie. Une déclaration qui a fait vivement sensation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Rdc.

Ce jeudi 10 Octobre à Beni, Félix Tshisekedi a encore ému l’opinion en déclarant ce qui suit lors du meeting populaire qu’il a tenu : « Je reviendrai encore ici quand la région sera libérée complètement, parce que nous nous apprêtons à lancer la dernière attaque contre les combattants ADF dans les jours à venir afin de les exterminer définitivement. Que Dieu vous protège !  ».

Lire aussi : https://www.lesnews.cd/?beni-200-jours-apres-tshisekedi-renforce-ses-promesses

Pour plusieurs observateurs en effet, ces déclarations du Chef de l’État congolais faîtes respectivement à Bukavu et à Beni, traduisent, jusqu’à preuve du contraire, la ferme détermination, mieux un engagement ferme de Tshisekedi à pacifier la partie Est de la Rdc. Un engagement, une détermination qui constituent sans conteste un véritable affront contre les commanditaires, les acteurs et les exécutants de l’insécurité dans cette région particulièrement.

Les premières infos sur l’avion perdu de la suite présidentielle

Dans un message qui était diffusé en boucle sur son site Internet « www.aacrdc.org « , l’Autorité de l’aviation Civile de Rdc, AAC, a informé sur la « Disparition d’un avion cargo de type Antonov 72 opéré par la force aérienne des FARDC assurant la logistique présidentielle ce jeudi 10 Octobre 2019 ayant à son bord 4 membres d’équipage et 4 passagers civils et militaires ». Une information rendue clairement aussi dans un Communiqué officiel signé par M. Jean Mpunga Tshiumba, D.G. de cette structure.

Il n’est pas exclu, soutiennent déjà certains analystes, que la perte, avec hommes et contenus qui restent à déterminer, de cet appareil de la suite présidentielle, dans le contexte du voyage et des messages de Félix Tshisekedi dans cette région trouble de la Rdc, soit liée. Ce peut-être un message claire, une mise en garde envoyée à Félix Tshisekedi sur le degré de dangerosité de la zone et la complexité de la mosaïque guerrière, pense-t-on encore.
A noter que d’après des informations concordantes, un chauffeur et des gardes du Chef de l’Etat ainsi que tous les membres de l’équipage de l’avion y ont laissé leurs vies.

Mais il na faudra pas aussi zaper combien la réputation des avions de type Antonov est très noire en Rdc, avec plusieurs accidents ayant occasionné plusieurs dégâts en vies humaines et en biens matériels sont régulièrement enregistrés. Peut-être que le crash en cause aujourd’hui est à classer dans la suite de mauvaise mémoire de ces avions Antonov. Reste à savoir si dans ces drames avec les avions Antonov, c’est le type d’appareil ou c’est le mauvais état de l’avion accidenté qui serait à la base. Question ouverte donc.

Attaque de la Ville de Lubumbashi

La ville cuprifère de Lubumbashi a fait l’objet d’attaque par des présumés Maï-Maï ce vendredi 11 Octobre 2019. Des combats entre les Forces régulières et ces assaillants, on signale plusieurs morts et dans le camp des rebelles, et dans le camp des Fardc, et même parmi de civiles.

En attendant que les instances structurées fassent la lumière sur tous ces événements, une certaine inquiétude risque de monter dans l’opinion.

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.