PUB

Kinshasa : Quand les pluies intempestives affectent le secteur de l’Education. Cas de l’EP Yolo-Nord

Les pluies qui continuent de se déverser sur Kinshasa principalement n’arrêtent pas d’amplifier les dégâts qui s’enregistrent à chacune des occasions. Des familles sont sans abris, des quartier inaccessibles, des routes lézardées et défoncées si pas détruites carrément, sans compter des pertes en vies humaines, autant des dégâts qu’on ne cesse de recenser au jour le jour et qui s’observent jusque sur le plan éducationnel.

Tenez. Alors que une année scolaire, selon le programme national comprend 220 jours, les pluies qui s’abattent à Kinshasa empêchent certains écoliers de se rendre à leurs établissements scolaires. Des jours sans école bouffent le temps programmé, obligeant les responsables des écoles ainsi que les enseignants à réadapter la matière, avec toutes les conséquences imaginables sur le niveau des élèves. Et pas seulement.

A l’Ecole primaire Yolo-Nord dans la commune de Kalamu, à Kinshasa, plusieurs élèves ont du mal à se présenter en classe, à cause de l’impraticabilité de voies menant jusqu’à leur école. Le pont sur l’avenue Bongolo ainsi que d’autres avenues environnantes sont l’objet d’inondations.

D’après plusieurs habitants vivant dans ce coin et avec qui votre média s’est entretenu, ces inondations sont dues entre autres aux constructions anarchiques ainsi qu’au manque de caniveaux.

Cet état de choses s’observe dans toutes les contrées victimes des dégâts que causent les pluies intempestives de ces derniers temps. Les autorités qui n’ignorent certainement pas cela, sont donc conviées à prendre de mesures palliatives, afin que le programme scolaire soit respecté du point de vue matières. C’est sans doute le souhait de plus d’un parent.

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.