PUB

L’Udps va singulariser les hommages aux martyrs

Attendue sur le terrain le 19 Septembre dernier, jour du souvenir de la 3ème année des tueries répressives de manifestations pro-électorales, jusqu’à être critiquée pour son absence, l’Udps a, comme initialement prévu, organisé ce samedi 21 Septembre dans l’avant-midi, une messe d’action de grâce en mémoire de ces victimes.

L’opinion se souviendra que le parti principal de l’opposition d’hier, devenu aujourd’hui le parti présidentiel au pouvoir avait payé un très lourd tribut à l’époque, avec l’incendie criminel de son siège avec de militants calcinés à l’intérieur.
Au-delà de ça l’Udps a perdu beaucoup de ses militants dans les années Mobutu, de même que dans les années Kabila. Des pertes en vies humaines qu’ont également subies plusieurs autres formations politiques et organisations de la Société civile.

A la paroisse Saint-Dominique à Kinshasa sur la 14ème rue Limete, où s’est tenue cette messe commémorative, l’officiant du jour a, dans son homélie, loué en ces termes la mémoire des âmes à l’honneur : « Ces illustres disparues ont posés des actes louables faisant d’eux une référence pour la démocratie en République démocratique du Congo car ils sont versé leurs sangs. ».

Prenant la parole pour la circonstance devant les cadres du pays, les familles des martyrs, de nombreux militants ainsi que plusieurs invités, le Secrétaire-Général a.i. de l’Udps, Augustin Kabuya, a déclaré : « Depuis la création de l’UDPS, notre parti a connu beaucoup de pertes en vies humaines. Nous avons perdu beaucoup de membres. Nous présentons des excuses aux familles qui pensent que nous avons oublié leurs proches. Loin de là… ».
Avant de renchérir dans un style verbal qui le distingue : « La mort de nos patriotes n’est pas une occasion pour d’autres de chercher à se faire connaître vis-à-vis de l’opinion. Aucun d’entre nous quand il perd un membre de sa famille peut prétendre organiser une marche plus tôt qu’organiser une prière en sa mémoire. Ne cherchons pas à traumatiser les familles qui ont perdu les leurs, ce n’est pas responsable. Si nous avons pensé à cette date (du 21/09 ndlr), c’est pour montrer à la face du monde que nous ne pouvons pas nous focaliser sur une seule date… ».

Pour conclure, Augustin Kabuya révèle : « En tant que gestionnaire du parti, certaines familles qui à l’époque avaient perdu les leurs, nous ont interpellé, affirmant avoir constaté que le parti cher au Chef de l’État a oublié les siens, et le parti ne s’est basé que sur une seule date, celle du 19 septembre. Au sein du parti, nous réfléchissons pour arrêter une date dénommée « La date des martyrs de l’UDPS ». » Avant d’ajouter : « Nous devons avoir la même attitude pour toutes les pertes en vies humaines dans ce combat. Nous n’allons pas nous focaliser autour d’un seul événement. L’UDPS a tout un registre des noms de ses membres morts dans la lutte. »

Le Secrétaire-général du parti au pouvoir, a, pour conclure remercié les responsables de l’église catholique pour le cadre en vue de la commémoration de ce jour, également la presse pour son accompagnement depuis fort longtemps, avant d’exhorter les familles des victimes de ne plus croire que l’UDPS les a abandonnées.

Theo Liko

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.