PUB

La Monusco prête à se jeter dans le feu aux côtés des Fardc

C’est dans le but de mettre fin à l’activisme des groupes armés dans la partie Est de la RDC que le Mission des nations unies pour la stabilisation du Congo, Monusco, travaille en étroite collaboration avec les Forces armées de la Rdc, Fardc.

Une grande opération d’éradication des forces négatives est ainsi en gestation.

La Confirmation a été faite par Laila Zerougu, Représentante du Secrétaire Général de l’ONU en RDC, au cours d’un point de presse hebdomadaire, tenu comme d’habitude ce jeudi 3 octobre 2019 au Quartier Général de la Monusco à Kinshasa.

Devant un parterre des professionnels de medias accrédités à la Monusco, la Représentante en Rdc de Guterres a affirmé que cette position déclarée entre dans le cadre des objectifs que s’est fixé la Monusco, décidée à en finir avec l’activisme révoltant des rebelles en RDC.

Actuellement, sur le 26 provinces que compte la Rdc, la Monusco n’est présente que dans 6 provinces, a tenu à indiquer la patronne de la Monusco. Malgré cette présence réduite en nombre de provinces, la Mission onusienne qui a aussi réduit son effectif de 22.000 à 13.000 ;hommes de troupes, compte aussi réduire la présence de ses troupes dans trois autres provinces. Ce qui lui permettra de se focaliser sur les foyers a fortes tensions, notamment le Nord Kivu, Sud Kivu et Ituri, où les forces négatives continuent d’accroître leurs activités armées négatives.

Cette option de la Monusco se situe dans la droite ligne du discours de Félix Tshisekedi prononcé du haut de la Tribune des Nations-Unies, le jeudi 24 Octobre dernier.

Pour rappel, touchant le point concernant la Monusco, le Chef de l’État congolais à déclaré à New-York : « S’agissant particulièrement de cette Mission onusienne, en cette période charnière de son futur en RDC. Marquée par l’exercice d’une revue stratégique, je voudrais tout d’abord réitérer les remerciements du peuple Congolais aux pays contributeurs pour les sacrifices humains et matériels consentis jusqu’à ce jour en faveur de mon pays. Je note une convergence de vues avec le Secrétaire général quant à l’urgente nécessité de réadapter la configuration de la Monusco à l’évolution de la situation sur le terrain, en concentrant davantage les efforts sur les capacités d’intervention opérationnelle des forces onusiennes aux côtés des Forces armées de la RDC. En d’autres termes, la Rdc a encore besoin de la Monusco, mais d’une Monusco non pléthorique, bien équipée, forte et dotée d’un mandat adapté, à l’image de la Brigade d’intervention Rapide qui avait jadis, aider à mettre en déroute le Mouvement rebelle de M23 ».

La Patronne de la Monusco affirme avec détermination que c’est bien ce qui reste a faire, afin de stabiliser définitivement la RDC et quitter le pays tête haute. D’autant plus qu’une fois quittée une région, la mission de maintien de la paix de l’ONU n’y retourne pas.

Dans un autre chapitre, Laila Zerougui précise que la Monusco travaille aussi étroitement avec le ministère de la Défense, afin de contribuer au renforcement et au rétablissement de l’autorité de l’Etat, à travers la formation d’une police et d’une armée professionnelles.

Sachez que sur les 22.000 hommes de troupes présentes en RDC, la Monusco ne compte à ce jour 13.000. Et cette tendance à la baisse va se poursuivre au fur et à mesure que la situation sécuritaire sera sous contrôle des Forces régulières.

Kemie N’Tinu

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.