Leaderboard Ad

Le Forum Numérique Academia s’annonce radieux

Les étudiants de l’Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de Kinshasa ont organisé en connivence avec Renverse communication et ses partenaires, une journée scientifique sur le numérique et la technologie, en vue d’en débattre pour un accompagnement efficace et radieux des jeunes étudiants porteurs des projets du présent et de l’avenir.

Le mot d’ouverture, dont un extrait ci-dessous, a été prononcé par l’un des organisateurs, Jephté Mupindi. Ce dernier a saisi cette occasion pour défendre la démarche de leur initiative, qui consiste entre autre à accompagner les jeunes qui ont des projets afin de les matérialiser.

" Le Forum Numérique Académique, FONAC, est un rendez-vous scientifique annuel sur le numérique et la technologie pour aider les étudiants de la ville de Kinshasa, particulièrement avec les alma mater qui sont dans le numérique et l’informatique. C’est une journée qui consiste à créer, entreprendre, transmettre et former des jeunes à ce sujet. Dans ce dit projet, nous allons mettre les étudiants face aux différents professionnels du numérique et entrepreneurs, ainsi élargir leurs carnets d’adresse.
Un exposé des projets apportés par ses jeunes, sera fait en face de ses experts en la matière, ce que nous appelons un crash-test.
Nous allons également trouver des solutions sur le plan digital pour aider nos entreprises de la place et numériser les initiatives locales.
Aujourd’hui le chef de l’État va bientôt mettre en place un plan national sur le numérique. La question se pose, que serait notre apport, nous étudiants."

Après ce discours, vint Dieudonné Kayembe, le Directeur général de l’entreprise Flèche Technologie, producteur du premier téléphone purement congolaise " La tablette MOTEMA". A cette occasion, le géniteur de « Motema », a exhorté les participants détenteurs des projets et autres initiatives, à travailler en équipe, en association, cela qu’on soit étudiant ou pas, car seul on peut aller loin mais en synergie on ira plus loin.

Comme exemple, l’ingénieur Kayembe a illustré l’aventure de Facebook, qui n’était forcément pas qu’une idée chère à Mark Zuckerberg, lui qui n’était qu’un développeur des projets, plutôt de toute une équipe. "Nous devons apprendre à travailler sur les idées" a-t-il martelé, avant de s’étendre davantage : « Le numérique ne s’arrête pas qu’à ceux qui sont informaticiens mais doit intégrer différents domaine de la vie, sur en République Démocratique du Congo. Nous devons chasser dans nos têtes la mentalité de croire que les bonnes choses, qui ont une belle apparence, doivent provenir de l’étranger, et les nôtres doivent avoir l’air bizarre. Par contre, nous devons travailler pour créer les nôtres,et être compétitifs sur le marché. C’est ainsi que nous avons créé ce produit, la tablette MOTEMA, purement congolais ". Il précise que " cet engin fonctionne comme tout autres téléphones hormis les particularités propre à lui, qui la différencie des autres, par des applications adaptées à la vie congolaise, applications liées à différents secteurs de la vie, notamment dans l’éducation, la santé, le tourisme... Nous avons également mis dans sa pochette, un panneau solaire qui peut permettre au détenteur de ladite tablette en cas de déchargement, de l’utiliser par le moyen de l’énergie solaire pour charger son téléphone sans recourir au courant électrique, une création chère aux congolais."

L’occasion faisant le l’Aron, l’inventeur de la tablette Motema a fait appel à tous, de se tenir main dans la main, pour promouvoir les produits locaux à l’instar de Motema.

Joël Kenda, directeur adjoint de l’Institut du musée d’art contemporain sur la Place de la Reconstruction, ex Échangeur de Kinshasa, a par ailleurs doté l’Assemblée les merveilles de l’art congolaise dans ce musée nouvellement numérisé, et fait un appel vibrant à tous, d’aller y visiter, tant physiquement que virtuellement. "Nous avons transformé cette place anciennement connue sous le nom de l’Echangeur de Limete en Échangeur de la Science et de la Connaissance." a-t-il renchérit.

Ensemble avec Culturama

Un grand centre de la technologie culturelle des patrimoines égyptiennes, une plateforme appelée Culture et Nature, CULTURAMA en sigle.
Il réunit les deux cultures, Égyptienne et Congolaise, tiré par des ressources du fleuve Congo et du fleuve Nil, question de numériser les deux civilisations. La dynastie pharaonique et la dynastie Kuba, sont en effet les deux grandes dynasties qui ont existés. Pourquoi ne pas valoriser ces cultures en mettant par exemple, mettre la photo d’un masque Kuba sur un cahier ou panneau publicitaire, à la place des photos des stars mondiales ? Une question qui pourra trouver la réponse dans le dynamisme des tenants de cette initiative louable.

Pour chuter, M. Jossard Katunda, un expert de la Banque UBA a, à son tour, expliqué comment vendre son profil professionnel sur le plan numérique ou encore sur internet en ouvrant un compte LINKEDIN, quel que le domaine dans lequel vous opérez.

C’est par ces entrefaites qu’a été présenté officiellement le Forum Numérique Académique.

Signalons également la présence de la présidente des étudiants congolais Prisca Manyala.

A noter aussi que la première édition sera en 2020, et ce symposium, n’est qu’un panel de discussion, pour préparer ce grand rendez-vous.

C’est par un cocktail que l’activité s’est clôturée.

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.