Le Billet de Frédéric : Plus de coalition Fcc-Cach = plus de gouvernement Ilunkamba

Le Billet de Frédéric : Plus de coalition Fcc-Cach = plus de gouvernement Ilunkamba

Ce vendredi 23 Octobre 2020, l’attention des Congolais en particulier reste focalisée en attente de l’adresse à la Nation du Président Félix Tshisekedi. Et comme dans pareilles circonstances, les supputations vont bon train. Toutefois, les derniers développements de l’actualité politique en République démocratique du Congo nous pousse à émettre notre avis d’analyste.

Tout ou presque s’est arrêté. Le traditionnel Conseil des ministres de chaque vendredis a été renvoyé aux calendes grecques. Les plénières prévues au niveau de la Chambre basse du Parlement reportées à une date encore inconnue. Le Sénat, Chambre haute du Parlement doit avoir aussi momentanément mis une pause à ses réunions. Tous attendent entendre ce que réserve le discours de Tshisekedi.

Et de toutes les thèses évoquées par-ci par-là, une paraît à nos yeux la plus probable. C’est la fin de la coalition Fcc-Cach au pouvoir.

Tout le monde le sait. La goutte d’eau qui est venue faire déborder la vase dans les rapports en dents de scie de cette coalition, est ce fait pour les membres et animateurs des institutions publiques, d’avoir obéi au mot d’ordre de leur organisation privée qu’est le Fcc, en boycottant la cérémonie solennelle de prestation de serment de trois nouveaux juges à la Cour Constitutionnelle nommés par ordonnance présidentielle, événement tenu le mercredi 21 Octobre dans la salle de Congrès du Palais du Peuple, devant le Chef de l’État congolais.

Et en déclarant la fin de la coalition dont les deux plateformes membres s’étaient engagées à gouverner ensemble, Félix Tshisekedi provoquera automatiquement la dissolution du gouvernement Ilunkamba, par la force de termes de l’ordonnance présidentielle ci-dessous affichée ayant nommé ce gouvernement.

Ainsi, le Chef de l’État n’a pas pour cela besoin d’une démission préalable du Premier ministre.

Tenez. Le deuxième exposé de motif de ladite ordonnance présidentielle stipule : « Vu l’Accord politique entre les forces politiques membres du Cap pour le Changement (CACH) et celles du Front Commun pour le Congo (FCC) en vue de la formation d’un gouvernement de coalition représentatif de ces deux regroupements politiques ».

Ce qui sonnera la reprise du cycle nécessaire à la formation du gouvernement, en commençant par la désignation d’un informateur, lequel devra s’affairer à dégager une majorité parlementaire, d’où sera proposé le Premier ministre à nommer par le Président de la République.

Un bouleversement de choses qui va impacter sérieusement sur les rapports de forces au pays et provoquer une redistribution des cartes de tous les enjeux.

Attendons !