Le Billet de Frédéric : Quitte ou double pour Tshisekedi

Le Billet de Frédéric : Quitte ou double pour Tshisekedi

A trois mois de l’atteinte de deux premières années de son premier quinquennat, Félix Tshisekedi va consulter à partir de cette semaine «  les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs, afin de recueillir leurs opinions à l’effet de créer une union sacrée de la Nation ». Une décision prise par le cinquième Président de la Rdc, suite aux divergences profondes, indiscutables aux yeux de l’opinion, entre lui et son partenaire de l’alternance Joseph Kabila, avec qui ils gouvernent ensemble depuis le 24 Janvier 2019 dans le cadre de la coalition Fcc-Cach. Plusieurs cas de figure sont envisageables, cependant avec une seule chute.

« Les consultations de tous les enjeux ». C’est le titre que devait porter le présent partage. En tout cas c’est dans ce sens que ces consultations sont considérées au niveau des différentes sensibilités politiques et sociales, à observer la vive agitation perceptible dans ces milieux depuis ce discours de Tshisekedi. Certains font déjà monter les enchères. D’autres montrent leurs biceps. Plusieurs espèrent ne plus être a l’écart du cercle de décisions. Tshisekedi qui va mener  en personne ces consultations devient ainsi le seul maître du jeu, de qui est attendue la décision finale. Mais déjà, la coalition Fcc-Cach se conjuguant au passé, elle devra faire place à « l’Union sacrée » que rêve Félix Tshisekedi.

En face, c’est le Fcc de Joseph Kabila qui n’a aucun intérêt à voir l’avènement de cette Union sacrée qui viendra le faire descendre du piédestal, où il est encore assis confortablement avec ses majorités parlementaires tant au niveau national que provincial, et sa majorité numérique en nombre des animateurs des institutions tant nationales que provinciales. C’est claire que ces consultations vraiment une question de vie ou de mort pour les partisans de Kabila, qui ne ménageront certainement rien pour rendre cauchemardesque ce rêve de Tshisekedi.

Toutes aussi délicates et à l’issue imprévisible, ces consultations qu’entame Tshisekedi est un véritable couteau à double tranchant pour lui-même son initiateur. Rien n’indique apparemment que le changement de la majorité parlementaire en sa faveur lui est acquis, bien que dans le Fcc où il devra absolument puiser, de frustrations sont rapportées, qu’il y aurait de membres qui sont prêts à quitter ce bateau kabiliste.

Dans tous les cas de figure possibles, la direction prise par Tshisekedi est un chemin de non-retour. La poursuite de la coalition avec le Fcc étant devenue très hypothétique. Son rêve d’une Union sacrée autour des options  portant notamment sur « la paix et la sécurité nationale, la CENI, la diplomatie, l’indépendance de la justice et l’instauration de l’Etat de droit », chères à sa vision, nécessaire en plus pour une majorité parlementaire, est à cette occasion le plus grand challenge. Reste à savoir comment il va s’en sortir pour ne pas se voir obliger de dissoudre l’Assemblée nationale et organiser des nouvelles législatives. Une hypothèse complexe au vu des prescrits constitutionnels et des impératifs budgétaires.

Peut-être qu’il a déjà les assurances nécessaires… Sinon, cela ressemblera à un saut dans le vide.

Frédéric NKOKO