Les Etats-Unis et l’Egypte renforcent l’axe militaire de la Rdc

Les Etats-Unis et l’Egypte renforcent l’axe militaire de la Rdc

La journée de mercredi 27 Octobre 2020 restera dans les annales de l’histoire militaire de la République démocratique du Congo, par la tenue de deux événements majeurs qu’a abrité le Palais de la Nation à Kinshasa. Il s’est agi notamment d’une part de la réception accordée par le Président Tshisekedi à une grande délégation d’officiers supérieurs des Forces armées égyptiennes, porteuse d’un important message pour la redynamisation de la coopération militaire entre l’Egypte et la Rdc. D’autre part, de la signature du protocole d’accord entre la Rdc représentée par son ministre de la Défense et les Etats-Unis d’Amérique représentés par leur ambassadeur, portant sur la reprise de la coopération militaire entre les deux pays.

En effet, le Président de la République,  Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo  a reçu mercredi  au Palais de la Nation à Kinshasa, une délégation  des officiers généraux de l’armée égyptienne  venue du Caire pour transmettre  un  message  du Président  Abdel Fatah Al Sisi  à  son homologue congolais et  échanger avec lui  sur la redynamisation   de la coopération militaire qui lie leurs deux Etats.

Ces officiers  généraux  représentant  les différentes  branches de l’armée  égyptienne  ont été présentés au Président de la République par le Chef de l’état-major général  des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, le général  Mbala Musiense.

L’Égypte  est, en effet, un partenaire  traditionnel  de la RDC, a indiqué  le général  Mohamed  Hegazy, Chef de cette délégation. Ce dernier s’est abstenu  de livrer des plus amples  détails  sur la nouvelle orientation que devrait prendre  cette coopération militaire.

Relance de la coopération militaire avec les Usa après de décennies

La RDC, à travers le ministre  de la Défense  Ngoy Mukena accompagné  du Chef d’Etat-major  général  des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, le général Mbala Musiense  et les  Etats-Unis d’Amérique,  par  son ambassadeur accrédité à Kinshasa, Mike Hammer  ont signé  mercredi  au Palais de la Nation  le protocole d’accord de coopération militaire.

Ce protocole, signé  en présence  du Directeur de cabinet ai du Chef de l’Etat  Kolongele Eberande et de plusieurs autorités civiles et militaires, est, non seulement,  la manifestation  du partenariat  stratégique  privilégié  entre la RDC et les Etats-Unis, mais il vient également rétablir  la coopération  militaire entre les États-unis  d’Amérique et la  République Démocratique  du Congo rompue  depuis plusieurs décennies, fait-on savoir des sources présidentielles qui précisent que c’est aussi la reconnaissance  des efforts entrepris  par le Chef  de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo  depuis son accession  à  la  magistrature  suprême.

La fermeture  des lieux  de détention illicite, l’humanisation  des services de sécurité, la lutte contre la corruption  et l’instauration  d’un véritable  Etat  de droit décidés  par le Chef  de l’Etat sont parmi les  raisons qui justifient la décision  américaine.

L’engagement  du Président de la République  à lutter contre le terrorisme  international  dans les provinces de   l’Est de la RDC ainsi que  la fermeté et le manque de coopération avec les forces  négatives  ont aussi motivé   la décision américaine.

La création  de l’agence de lutte contre la traite des noirs y est aussi pour beaucoup, précise-t-on en soulignant que les FARDC  pourront  bénéficier  d’un soutien  multiforme de la plus grande puissance  militaire du monde.

Premier  volet  du partenariat  privilégié USA-RDC, la signature du protocole de coopération militaire est aussi la principale retombée de la première visite d’État  du Chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo à Washington  en 2019, ou après  le Département d’État, il avait été  reçu  au Pentagone.

La  coopération militaire USA- RDC  avait  été interrompue   en 1990 après  les opérations  « Lititi Mboka » et la RDC a été présentée  au cours de la dernière  décennie comme un mauvais exemple dans la violation  des droits de l’homme, de la traite des êtres humains, du manque de démocratie, des exactions  et autres cruautés, rappelle-t-on.

Les deux événements de ce mercredi tombent à point nommé, alors que la Rdc reste toujours confronté à de défis sécuritaires principalement dans la partie Est de son territoire, où les forces armées et de sécurité loyales font constamment face des groupes armés rebelles et islamistes qui sèment la mort et la désolation parmi les populations congolaises. Malheureusement une situation qui perdure depuis environ deux décennies.

Et à en croire le Département d’Etat américain, la signature de ce mercredi ouvre la voie à une plus grande coopération en matière de défense ente les Etats-Unis et la Rdc pour la sécurité et la stabilité dans la région.

LNCD/ACP