Mbuji-Mayi : La reprise de la Miba bouffe le peu du courant de la ville

Mbuji-Mayi : La reprise de la Miba bouffe le peu du courant de la ville

Depuis quelques semaines, il est signalé un déficit dans l’alimentation du courant électrique dans la ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental. Situation alarmante qui influe négativement sur les activités économiques du secteur des petites et moyennes entreprises, artisanat et industrie, et qui nécessite une attention.

depuis près d’un mois, un déficit de l’énergie électrique à la base du ralentissement des activités économiques du secteur des petites et moyennes entreprises, artisanat et industrie, plongeant ainsi la métropole dans le noir.

La fourniture en électricité déjà précaire de de Mbuji-Mayi s’est encore davantage dégradée, la ville croupit dans le noir. Interrogé à ce sujet d’après une dépêche de l’ACP, un des responsables de la direction générale de la société Energie du Kasaï, ENERKA, qui a requis l’anonymat, attribue cette situation au fait que depuis la reprise des activités à la Minière de Bakwanga, MIBA, le courant produit par les trois centrales hydroélectriques de la Lubilanji est utilisé à son exploitation.

Un impératif pour la MIBA d’exploiter de manière optimale ses gisements Kimberlytiques, lesquels exigent assez d’énergie pour une bonne production du diamant.

De son côté, signale-t-on en plus, l’ENERKA qui est une filiale de la MIBA chargée de commercialiser cette ressource énergétique, éprouve depuis un certain temps des difficultés énormes, dans la mobilisation des recettes. Ses abonnés sont devenus très réservés à honorer des factures pour des services non consommés en contre partie.

Pour pallier à cet état de choses, il se rapporte que la MIBA s’emploie à remettre en service d’autres machines en panne. Ce qui pourra accroître la capacité en énergie devant servir la population. Et cette dernière ne demande que ça.

LNCD/ACP