Rdc-Zambie : Est-ce bientôt la fin de l’imbroglio à la frontière commune ?

La Rdc et la Zambie sont en travaux, via leurs experts respectifs, à établir clairement la démarcation des frontières entre les deux pays, plus précisément dans la partie qui touche le territoire de Pweto. Le but est de définir la frontière qui sépare les deux pays et mettre fin au conflit qui oppose depuis de mois les deux voisins sur ce point.

Depuis mars 2020 en effet, la question frontière entre la Rdc et la Zambie a été à la source d’un conflit ayant envenimé les rapports entre les deux pays et affecté considérablement le bon climat habituel dans la partie du groupement Moliro. 

La Commission permanente mixte défense et sécurité entre les deux pays s’est ainsi activée à l’exécution dedits travaux, ce, conformément aux résolutions de la 9ème Session de la Commission permanente mixte défense et sécurité entre les deux pays.

S’exprimant à travers les médias, le ministre provincial de l’Intérieur et sécurité du Tanganyika, Dieudonné Kamona Yumba qui a confirmé l’information, affirme qu’une délégation des experts du gouvernement central est en plein travail de sensibilisation et de démarcation des frontières en collaboration avec les experts de la Zambie. Une activité qui a même fait l’objet d’une restitution, par la délégation congolaise, devant les élus du peuple. L’essentiel du travail fait et ce qui reste à faire pour arriver à un consensus de la gestion des frontières entre les deux pays a été au centre de cette communication.

Dieudonné Kamona a aussi ajouté : « Nous sommes convaincus que la paix reviendra et la souveraineté de notre pays restera notre cheval de bataille pour que nous puissions tous assurer sa grandeur comme nous recommande notre hymne national ».

Pour rappel, c’est depuis Mars dernier que des militaires zambiens ont fait des incursions sur le territoire congolais, y revendiquant la souveraineté de leur pays. Au départ de cette crise actuelle, une affaire de pêcheurs congolais pourchassés par l’armée zambienne pour être allés œuvrer dans les eaux territoriales zambiennes, faisant usage de filets prohibés. Un mobile qui n’a jamais fait l’unanimité dans les deux camps. Les opinions publiques dans les deux pays ont fait de ce conflit leurs choux gras, faisant les frais de leurs dirigeants.