La Rdc « hérite » des avions militaires angolais qui ont défilé dans le ciel de Kinshasa

La Rdc « hérite » des avions militaires angolais qui ont défilé dans le ciel de Kinshasa

Le meeting aérien qui a été annoncé le jeudi par le porte-parole de l’Armée nationale, a effectivement vécu ce vendredi 20 Novembre à Kinshasa, comme prévu ou presque.  Des avions de chasse de la Force aérienne angolaise se sont exhibés dans le ciel de la capitale congolaise, avec au sol, plusieurs personnalité du pays que côtoyaient leurs homologues angolais, tous bien rangées sur le tarmac de l’aéroport international de N’Djili, pour donner la touche solennelle voulue à cette cérémonie, retransmise en plus en direct à la télévision nationale..

Il faut dire que Congolais sont restés dans leur soif de voir des avions militaires de l’Armée nationale s’afficher également dans le ciel de la capitale. A moins qu’il y ait de raisons classées « secret défense » justifiables, ce sont des avions de chasses des Forces aériennes nationales angolaises qui ont atterri peu avant midi à l’aéroport de N’djili et se sont posés au tarmac de la base aérienne des Fardc, après avoir  fait le tour de certaines parties de Kinshasa, dont celle populaire de la Tshangu.

Au sol, des officiels dont François Beya, le conseiller spécial en matière de sécurité du Président Tshisekedi et quelques officiers de l’Armée ainsi que du service d’intelligence aux côtés de leurs homologues angolais, tous bien en place dans un espace d’honneur monté pour la circonstance sur le tarmac de l’aéroport de N’Djili.

Les avions de chasse angolais, des Soukhoî, ont été montés chacun par deux pilotes. Tous étaient-ils angolais ? Un pan de voile devra être levé là-dessus, alors que certaines sources parlent des co-pilotes congolais.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons de sources sûres, que ces avions de chasse Soukhoî et d’autres avions de combats  de l’armée angolaise arrivés à l’occasion à Kinshasa, sont désormais à  la disposition de la Force aérienne de la République démocratique du Congo, qui pourra les utiliser au besoin.

Ainsi, le meeting aérien de ce vendredi était plus une cérémonie de réception de ces avions militaires par la Rdc, et qu’il fallait pour cela les « baptiser » dans le ciel congolais. Tel est la conclusion émise par certains analystes à la lumière des éléments ci-haut repris.

Ainsi, le meeting aérien de ce vendredi était plus une cérémonie de réception de ces avions militaires par la Rdc, et qu’il fallait pour cela les « baptiser » dans le ciel congolais. Tel est la conclusion émise par certains analystes à la lumière des éléments ci-haut repris.