Importante causerie morale de Tshisekedi avec les hauts gradés de l’Armée, de la Police nationales et des services de sécurité

Importante causerie morale de Tshisekedi avec les hauts gradés de l’Armée, de la Police nationales et des services de sécurité

L’Etat-major Commandement des Forces armées de la Rdc, FARDC, l’Etat-major commandement de la Police nationale congolaise, PNC, les commandants des zones de défense et leurs états-majors, les régions militaires, les groupes et bases des forces navales et aériennes pour les FARDC, pour l’essentiel, ont conféré ce mardi 1er Décembre dans la soirée avec le Président Tshisekedi.

C’est pour la deuxième fois en l’espace de cinq mois, que le Président Tshisekedi rencontre l’ensemble des hauts responsables de l’Armée, de la Police et des Services de sécurité, la dernière fois c’était en Juillet 2020. Ils étaient donc  plus d’une centaine à faire le déplacement du Palais de la nation, pour répondre à l’appel de leur Commandant suprême, lequel a tenu une causerie morale à leur égard.

Dans leur déclaration lue à l’issue de cette rencontre de quatre heures du temps, tout en réaffirmant leur apolitisme et en rassurant qu’ils ne se laisseront jamais inféodés, les Généraux et Officiers supérieurs des FARDC, de la Police nationale congolaise et des services de  sécurité ont renouvelé leur serment de loyauté et de fidélité au Peuple et aux institutions de la République dont le Président de la République qui est en plus leur Commandant suprême.

A cet effet, ils ont déclaré ; « Nous militaires et policiers de la République démocratique du Congo, saisissons  la présente circonstance, pour réitérer toute notre fidélité, toute notre loyauté sans faille ainsi que toute notre disponibilité, à œuvrer sous votre guide, Excellence (ndlr Président Tshisekedi), à l’accomplissement de nos nobles missions jusqu’aux sacrifices suprêmes. Et comme l’indique notre serment ; nous ne trahirons jamais le Congo ».

Il faut dire que cette cérémonie tombe à point  nommé en cette période de tensions politiques évidentes, où les hommes en uniforme font aussi  l’objet de manipulations diverses au travers notamment des réseaux sociaux. Une situation qui nourrit des rumeurs les plus catastrophiques en envenimant par conséquent le malaise déjà existant dans la communauté nationale.