AFDC-A : Droite dans ses bottes, Néné Nkulu ignore le jugement du TGI Kinshasa/Gombe

AFDC-A : Droite dans ses bottes, Néné Nkulu ignore le jugement du TGI Kinshasa/Gombe

Le Tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe a rendu un jugement le 23 Novembre dernier, où il ne reconnaît qu’un seul regroupement politique au nom de l’Alliance pour les forces démocratiques du Congo et alliés, AFDC-A, dirigé par Bahati Lukwebo. Une décision qui intervient cinq mois après que la Cour constitutionnelle, examinant la requête du Sénateur Modeste Bahati Lukwebo en vue d’obtenir l’invalidation des mandats des députés ayant rejoint la fronde dirigée par Néné Nkulu Ilunga, s’était carrément déclarée incompétente dans cette affaire.

La nouvelle alimente vivement l’opinion depuis ce mercredi 2 Novembre 2020, provocant ainsi des commentaires en sens divers, en cette période où la polémique sur une possible requalification de la majorité parlementaire bat son plein.

Par ledit jugement, le Sénateur Modeste Bahati Lukwebo a été donc confirmé président du regroupement politique Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés, AFDC-A. 

Motivant sa requête  de saisine du tribunal, le regroupement politique AFDC-A a souligné qu’en date du 17 mars 2018 a été signé le protocole d’accord portant sa création, qui dispose en son article 7, paragraphe 4 que « le président, et autorité morale de l’AFDC, est de droit le président et l’autorité morale du regroupement politique AFDC-A ». L’occasion pour le requérant de rappeler que Monsieur Modeste Bahati Lukwebo a été élu par le Congrès de l’AFDC depuis 2015 et fut alors désigné président et autorité morale de l’AFDC-A par la Conférence des président des partis et personnalités politiques de ce regroupement politique par une décision du 19 mai 2018.

Avec la fronde des quelques députés, a rappelé le requérant, dont Madame Néné Nkulu Ilunga, c’est la crise qui a survenu, laquelle a eu pour conséquence le dédoublement de l’AFDC-A. Ce qui a obligé Modeste Bahati Lukwebo à saisir le Ministre de l’intérieur pour le confirmer en sa qualité de Président et Autorité Morale du regroupement. Demande qui a trouvé un échos favorable auprès du Ministre de l’Intérieur, encourageant du coup le regroupement politique AFDC-A à saisir le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe pour confirmation.

Si du côté des partisans de Bahati Lukwebo, c’est la victoire confirmée, la situation est vue différemment dans le camp de la dissidence comme ils aiment le qualifier.

Néné Nkulu, qui mène l’aile restée fidèle au Front commun pour le Congo de Joseph Kabila, n’en démord pas. Le jugement dont question du TGI Kinshasa/Gombe semble pour elle être un coup d’épée dans l’eau, inopportun pour faire bouger les lignes. Le tweet qu’elle a publié en réaction sur son compte officiel en dit long : « Une fois de plus, la dissidence n’a pas su nous affronter et a préféré un raccourci (matière gracieuse) alors qu’il s’agit d’une matière contentieuse. Nous respectons les principes évoqués dans notre protocole d’accord de l’AFDC-A et réaffirmons notre loyauté à l’honorable Joseph KABILA, en respectant les engagements tracés dès la formation de notre regroupement en mars 2018 pour renforcer la majorité présidentielle (FCC aujourd’hui).  J’encourage tous les élus AFDC-A (députés et sénateurs) qui restent fermes et attachés au FCC malgré les pressions politiques. »

Dans une autre interprétation à propos de ce jugement, certains juristes semblent donner raison à Néné Nkulu, en affirmant que le TGI/Gombe ne l’a pas débouté, car il ne s’agit pas d’une procédure contentieuse. Pour eux, ce jugement révèle qu’il s’agit d’une procédure gracieuse, par laquelle il y a absence de litige. Ce qui les poussent à qualifier cela d’hérésie juridique, le TGI/Gombe n’étant pas d’après eux compétent en l’espèce.