Intégration Africaine : La zone de libre-échange continentale au centre d’un sommet extraordinaire

Intégration Africaine : La zone de libre-échange continentale au centre d’un sommet extraordinaire

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine tiennent, ce 5 décembre 2020, par visioconférence, leur 13ème sommet extraordinaire. Cette rencontre devrait déboucher sur un accord sur l’opérationnalisationn de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Le président congolais, Denis Sassou-N’Guesso y prendra part.

L’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine est un enjeu majeur pour l’Afrique et un réel défi pour ses dirigeants. La réussite du plan de développement du continent africain, contenu dans l’agenda 2063 de l’Union Africaine (UA) passe aussi par là.

Denis Sassou N’Guesso en visioconférence

Compris comme un plan directeur, l’agenda 2063 se propose de faire de l’Afrique, la locomotive mondiale de l’avenir. Il apparaît, ainsi, comme un cadre stratégique pour la réalisation de l’objectif de développement inclusif et durable de l’Afrique. Il est, aussi, une manifestation concrète de la volonté panafricaine d’unité, d’autodétermination, de liberté, de progrès et de prospérité collective.

Les documents ont déjà été préparés par la réunion des ministres africains du commerce et le conseil des ministres chargé des négociations, deux principales instances de la ZLECA. De ce fait, les chefs d’Etat et de gouvernement travailleront à la réunion des conditions nécessaires au lancement effectif des opérations commerciales de la Zone dès le 1er janvier 2021. Ils devraient accorder les vues au sortir de ces assises. Denis Sassou-N’Guesso, qui à cœur l’intégration africaine, interviendra au cours de ce sommet par visioconférence. Il pourra souligner l’urgence de l’opérationnalisation effective de la ZLECA.  

Il est vrai que l’opérationnalisation de la ZLECA reste, pour l’Afrique, un impératif majeur et incontournable. Il n’en demeure moins vrai que l’harmonisation des mécanismes institutionnels en charge de ce processus, notamment la réunion des Ministres du Commerce et le Conseil des ministres constitue pour les dirigeants africains un autre enjeu dont l’objectif est d’éviter toute duplication et toute contrariété.

En rappel la zone de libre-échange africaine vise à accélérer le commerce intra-africain et renforcer la position commerciale sur le marché mondial, en renforçant la voix commune de l’Afrique et son espace politique dans les négociations mondiales.