Tourisme : La Rdc ménage sa monture pour la remontada

Tourisme : La Rdc ménage sa monture pour la remontada

Les années se succèdent mais ne se ressemblent pas dit-on. La République démocratique du Congo vit cette réalité dans le domaine du Tourisme, un secteur porteur mais qui n’a plus joué depuis longtemps son rôle d’un des pourvoyeurs des richesses au pays. Ce, alors que la Rdc, avec ses potentialités touristiques, un véritable scandale naturel, ne peut rien envier aux puissances touristiques contemporaines. Et tout est entrain d’être mis en œuvre pour un retour efficace en compétition de ce géant africain. Un pari possible d’être gagné au vu des mesures engagées pour cela au niveau du ministère du Tourisme. Votre media ne pouvait clôturer cette année 2020 sans mettre tout cela en évidence.  

Yves Bunkulu Zola, Ministre congolais du Tourisme

L’année 2020 restera marquée en lettres d’or dans les annales de l’histoire du pays de l’Okapi, avec la tenue du 1er Salon international du Tourisme de la RDC. Un événement qui a mobilisé du 15 au 17 Décembre experts, ministres provinciaux du tourisme, partenaires publics-privés et investisseurs du secteur, qui ont réfléchi sur le développement et l’avenir du tourisme en République démocratique du Congo. Les conclusions sorties de ce meeting soulignent clairement qu’avec un potentiel touristique incommensurable, la RDC est une puissance touristique en devenir, de quoi diversifier son économie. Quoi de plus normal pour un pays classé dans le top 10 du monde des pays qualifiés de « méga biodiversité », avec entre autres 5 parcs nationaux inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Félix Tshisekedi saluant Yves Bunkulu en Conseil des ministres

Loin d’être des assises routinières, l’organisation de cette conférence symbolise, si besoin en était encore de le démontrer, la détermination de l’Exécutif national congolais sous la conduite du Président Tshisekedi, de faire bouger les lignes dans ce secteur, avec au front le ministre Yves Bunkulu Zola du Tourisme.

2020 : L’impulsion décisive…

Plan directeur de développement de tourisme en RDC visant à mobiliser 2,5 millions des touristes d’ici à 2025, générer 2,2 milliards à l’horizon 2030 et créer 200.000 emplois ;  Plan national de sensibilisation sur le tourisme domestique dénommé « Mon pays Mon Héritage » visant à promouvoir entre autres la culture touristique, les informations touristiques, l’éducation touristiques, la connaissance du potentiel du patrimoine touristiques et l’amour pour son propre pays qui incite à la dépravation des mœurs ; Adoption par le Gouvernement central de trois projets d’arrêtés respectivement fixant les conditions d’exploitation et de classification des sites touristiques, portant création du Comité de Pilotage du Programme « Tourisme Scolaire » et fixant les conditions d’exploitation des transports touristiques pour réglementer le tourisme ; Projet de numérisation des redevances du secteur de tourisme afin de lutter contre le coulage des recettes. Tels sont les principaux instruments que le pays s’est dotée en cette année 2020, dans son ambition de la redynamisation de ce secteur.

Yves Bunkulu avec des opérateurs privés du secteur touristique

Ajouter à cet arsenal le séjour de travail du ministre Yves Bunkulu en Turquie, sixième destination touristique du monde, lequel a abouti à un accord à plusieurs volets, notamment administratif par la mise à niveau du personnel de l’Office National du Tourisme, ONT, et de l’administration nationale du tourisme ;  technique par la formation et au renforcement des éco-gardes pour une sécurisation maximale de tous les parcs et airs protégés de la RDC ; voyage avec la facilitation d’accès des touristes dans les deux pays, en ce qui concerne la suppression des visas pour les touristes de la Turquie et pour la RDC.

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du Tourisme, Yves Bunkulu avait clairement affirmé cette détermination de la Rdc à relever le défi touristique : « … A l’instar d’autres pays à travers le monde, la RD Congo a levé l’option de relancer son secteur touristique ».

2021 : Des challenges à vue…

 Les efforts engagés en 2020 pourront trouver davantage d’appuis en 2021, à en croire le chronogramme d’activités phares retenues sur le plan national.

Un gorille dans un des parcs nationaux de la Rdc

A cet effet, il sied de retenir qu’au mois d’avril 2021 sera menée la campagne du tourisme scolaire, sur l’ensemble du territoire national. C’est aussi au cours du même mois  qu’il y aura la relance de la Foire du tourisme de Goma, Fotogo. Tandis qu’en Juin 2021 se tiendra le festival de la Rumba congolaise à Kinshasa. 

Dans ce cheminement, Kinshasa abritera le forum sur les investissements touristiques, en juillet 2021.

Une chute d’eau à Zongo dans le Kongo-Central, province voisine de Kinshasa

Du côté du Sud-Kivu, il se  tiendra à Kinshasa au mois de septembre2021 le festival Matumayili, précisément à Idjui. Un événement qui devra s’étendre jusqu’au territoire de Kalehe et la ville de Bukavu. La participation de pays voisins membres des Grands Lacs est attendue à ce festival. 

Après la célébration le 27 septembre 2021 dans la province du Kwilu de la Journée mondiale du Tourisme, viendra le tour de  la province de Lualaba, d’accueillir entre Octobre et Novembre à Kolwezi, le deuxième Salon International du Tourisme.

L’année 2021 qui connaîtra aussi les rênes du Président Félix Tshisekedi à la tête de l’Union Africaine, UA, a été opportunément retenue par le Ministre Bunkulu du Tourisme, pour marquer d’une pierre deux coups cette mandature de la Rdc. Ainsi il est prévu la convocation à Kinshasa, avec le soutien de l’Organisation Mondiale du Tourisme, d’un grand forum africain du secteur.

Le Pic Marguerite dans les montagnes du Kivu à l’Est de la Rdc

Entre parcs naturels avec des espèces animales uniques et sites mystérieux, chutes d’eau spectaculaires, hauts plateaux fabuleux, forêts équatoriales, montagnes et le Pic Marguerite couvert des neiges au sommet, savanes arides ou encore plages au bord de l’Océan et des lacs, etc., les richesses touristiques de la RDC ont tout pour permettre le réveil de ce géant. L’activisme étalé ici dans le domaine touristique illustre la volonté du changement en passe d’être réalisé dans ce secteur.

Pourvu que l’allure soit maintenue et renforcée efficacement au niveau institutionnel avec entrainement des investissements privés.