Ce dimanche où le ciel politique congolais s’est éclairci pour Tshisekedi

Ce dimanche où le ciel politique congolais s’est éclairci pour Tshisekedi

Les premiers jours de l’an 2021 continuent d’être très riches en événements dans la marche politique de la République démocratique du Congo. Alors qu’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale a été convoquée pour le mardi 5 Janvier, ce dimanche 3 Janvier l’Union sacrée de la Nation de Félix Tshisekedi et le Fcc  de Joseph Kabila se sont pratiquement affrontés en terrains différents, dans une énième bataille pour la conquête de la nouvelle majorité parlementaire, que l’informateur Bahati Lukwebo a reçu mission de dégager clairement.

Lire également https://lesnews.cd/2021/01/01/designation-dun-informateur-liberation-deddy-kapend-la-rdc-soffre-une-nouvelle-ere/

352, 309, 302, sont quelques chiffres avancés par différentes sources comme décompte du nombre des députés nationaux présents ce dimanche 3 Janvier après-midi à la Cité de l’Union africaine, à l’invitation du Président Félix Tshisekedi dans le cadre de l’Union sacrée de la Nation, son courant politique.

Une vue de la rencontre de ce dimanche entre Tshisekedi et les élus nationaux

Au même moment, des chefs des Regroupements et partis politiques, élus nationaux et autres personnalités membres du Front commun du Congo, Fcc, se sont retrouvés autour du premier ministre Sylvestre Ilunga. Plusieurs sources avancent quelques dizaines d’élus nationaux présents. Une véritable humiliation subie par la plateforme kabiliste et qu’elle aura du mal à oublier pour longtemps.

« Que personne ne vienne vous intimider, vous n’avez trahi personne »

Sous une grande tente à la Cité de l’Union Africaine, plus de 300 députés nationaux ainsi que de personnalités politiques et autres invités de circonstance ont manifesté, par leurs présences, un soutient déterminant au Président Tshisekedi.

Patrick Muyaya, Mboso Nkodia, Daniel Mbau, Adubango, Adèle Kayinda, Léon Mubikayi, Masanga, Charles Okoto, Christian Mwando sont autant des députés qui ont pris tour à tour aux noms de leurs respectifs groupes parlementaires ci-après : AFDC-A, AAB, AABC, ADRP, CACH, MLC-ADN, MS-G7, PALU & ALLIES, PPRD. Un exercice qui a permis à chacun de ces représentants de réitérer l’engagement de se ranger désormais au coté du Peuple, à travers la vision du Chef de l’Etat. Ce, en réaction à l’adresse du Chef de l’État faite à leur égard.

Au départ, Félix Tshisekedi a logiquement commencé par présenter les meilleurs voeux de nouvel an à ses invités.

L’occasion était opportune pour lui de tracer les grandes lignes de l’Union sacrée à l’attention de ces partenaires politiques. Ci-après, un condensé groupé de cette adresse.

« J’ai tenu à vous rencontrer parce que nous sommes à un tournant décisif de l’histoire de notre pays ; un tournant dont vous êtes les acteurs principaux… Vous ne devez pas en rester là. C’est vous qui allez écrire l’histoire de ce tournant ensemble avec moi… Vous avez gagné une bataille et vous allez gagner la guerre… Que personne ne vienne vous intimider, vous n’avez trahi personne… Vous êtes venus défendre le pays et vos électeurs sont fiers de vous ainsi que la nation. N’ayez pas peur… Raison pour laquelle la majorité qui découlera du futur bureau de l’Assemblée Nationale devra s’investir pour mettre le peuple au centre de l’action parlementaire… Il s’agit de travailler main dans la main pour mettre fin à l’insécurité, relever l’économie… Et cela passe par l’unité, l’amour du Congo, la cohésion nationale et surtout la volonté de tout un chacun… L’Union Sacrée de la Nation ne doit pas être une couverture pour les antivaleurs, mais plutôt un cadre qui réunit les filles et fils du pays soucieux de s’inscrire dans la nouvelle vision tracée par le Chef de l’Etat ».

Dans la foulée de son message, Félix Tshisekedi a aussi « mis en garde contre toute tentative de corruption de la part des familles politiques qui promettent des enveloppes aux députés nationaux afin de torpiller la dynamique de l’Union Sacrée pour la Nation ».

Le FCC accuse Félix Tshisekedi

Dans une déclaration faite ce dimanche 03 janvier 2021 à l’issue de la rencontre autour du premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, dont copie ci-joint, le Front Commun pour le Congo, FCC, accuse le président Félix Tshisekedi d’avoir créé une crise « artificielle » en décrétant la fin de la coalition au pouvoir FCC-CACH.

Pour cette plateforme kabiliste, « cette brutale remise en cause de la coalition majoritaire FCC-CACH ne saurait avoir aucun impact sur la vie institutionnelle nationale dès lors que l’identification de la majorité et de l’opposition à l’Assemblée nationale, faite conformément aux articles 26 et 54 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en début de la législature et pour toute la durée de celle-ci, n’est nullement remise en cause par le retrait de l’UDPS à défaut d’élections générales anticipées, seules à même de reconfigurer légalement cette dispensation ».

Par conséquent, le FCC condamne la désignation « unilatérale » d’un informateur par le président de la République Félix Tshisekedi, pour identifier une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale qui, selon cette plateforme, existe déjà depuis le début de la législature en cours.

Face à tout cela, « le FCC s’opposera de toutes ses forces à la dérive totalitaire ainsi qu’aux incitations subséquentes à la haine sur base d’appartenance ethnique et/ou politique. Il engage tous les congolais à ne tolérer, à aucun prix, un tel recul démocratique. Il s’agit de conjuguer une fois pour toutes le retour de l’autocratie par la culture du droit de la force au détriment de la force du droit ».

La session extraordinaire de toutes les vérités

L’Assemblée nationale sera en session extraordinaire du 5 Janvier au 3 Février 2021, tel que détaillé dans le communiqué ad hoc rendu public avant la fin de l’année 2020 par le Bureau d’âge en charge de conduire les affaires, après la chute de Jeannine Mabunda et de tout son bureau.

Quatre points sont inscrits à l’ordre du jour de cette session spéciale :

  • Poursuite de l’examen des pétitions en charge d’un membre du Bureau définitif de l’Assemblée nationale ;
  • Election et installation du Bureau définitif de l’Assemblée nationale ;
  •  Projets de lois de ratification ;
  • Contrôle parlementaire.

C’est pratiquement au cours de cette session extraordinaire que la nouvelle majorité sous le label de l’Union sacrée de la Nation devra faire ses preuves. Alors qu’une certaine opinion n’exclut pas la possibilité pour les pro-Kabila de reprendre les commandes de la Chambre basse du Parlement. Ce qui constituera une grande désillusion pour Tshisekedi.

En attendant, il apparaît claire à la lumière des événements de ce dimanche vécus du coté de l’Union sacrée de la Nation et de celui du Fcc, qu’une nouvelle ère est entrain de s’écrire en faveur du Président Tshisekedi pour les trois ans restant de son quinquennat à la tête Rdc. La nouvelle majorité parlementaire qui se dessine lui sera d’un soutien précieux pour la matérialisation de son programme. Ce, après que deux ans se soient passés dans des épreuves des forces entre lui et son prédécesseur, lesquelles se sont soldées dans la plupart des cas en faveur de ce dernier. La bataille pour la récupération de la majorité parlementaire en sa faveur apparaissait donc une question de vie ou de mort pour le Président Félix Tshisekedi face au souverain primaire à qui il doit rendre des comptes en 2023.