C’est officiel ! Sassou N’Guesso investi candidat à sa propre succession

C’est officiel ! Sassou N’Guesso investi candidat à sa propre succession

Ce qui était  attendu est arrivé. Le Parti congolais du travail, PCT,  au pouvoir en République du Congo, a investi le vendredi 8 janvier à Brazzaville, le président Denis Sassou N’Guesso comme son candidat à l’élection présidentielle de mars 2021. A 78 ans d’âge et à la tête du pays depuis des décennies, Sassou N’Guesso a été ainsi désigné à l’unanimité et sans concurrent pour un scrutin où l’opposition n’attend pas se laisser faire.

Le Chef de l’Etat sortant de la République du Congo portera l’étendard de l’ex-parti, unique, le PCT, dans une élection où l’opposition hésite de se jeter dans le bain, réclamant toujours les conditions de vote plus démocratiques, notamment le recensement de la population. Ce qui présage déjà une multiplicité des candidatures de l’opposition à cette présidentielle, une position unique dans ce contexte découlerait du miracle, estime-t-on déjà dans certains milieux.

C’est depuis décembre 2019, à l’issue de son dernier congrès tenu à Brazzaville que le PCT avait désigné Sassou N’Guesso comme son « candidat naturel ». Une année après, 17 formations de la majorité présidentielle avaient également appelé à la candidature de Denis Sassou N’Guesso.

Lire également https://lesnews.cd/2020/12/11/la-candidature-de-sassou-nguesso-proposee-a-la-presidentielle-de-2021/

Comme arguments, Pierre Moussa, le secrétaire général du PCT, affirmait que Sassou N’Guesso remplissait tous les critères nécessaires pour diriger à nouveau le Congo en plus d’être le meilleur d’entre eux. De détails qui ont considérablement pesé dans la balance pour son investiture par le parti.

La bonne ambiance dans une réunion du PCT

Un plébiscite qui doit encore attendre la position du concerné, le Président Sassou N’Guesso n’a encore pas réagi jusque là à tous ces appels faits à son endroit. En 2016 par exemple, il avait répondu quasiment à un mois du scrutin, confirmant sa candidature le 19 février 2016. Le scénario pourrait bien se répéter. Le Chef de l’Etat souhaiterait bien mettre la forme, en se donnant le temps d’exercer ses fonctions avant de redevenir le candidat choisi par ses partisans.

D’après les projections faites par le chef de l’Etat congolais, lors de son message sur l’état de la nation, l’élection présidentielle aura lieu le 21 mars 2021. Devant le parlement réuni en congrès, Denis Sassou N’Guesso avait en effet appelé à un scrutin « libre, démocratique et transparent ».

L’investiture de Sassou N’Guesso par son parti est loin d’être un suspens. Tout portait à croire, depuis des mois que le président sortant devrait être candidat à sa propre succession, estiment des analystes. Pourquoi pas donc, soutiennent ses partisans, surtout que la Constitution en vigueur l’y autorise jusqu’à deux fois, soit une nouvelle possible candidature en 2026.

LNCD/VOX