Arrestations ce jeudi soir du Directeur national de SECOPE et de l’Inspecteur Général à l’EPST

Arrestations ce jeudi soir du Directeur national de SECOPE et de l’Inspecteur Général à l’EPST

Ce qui était prévisible est arrivé ce jeudi dans la soirée. Le Directeur national du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants, SECOPE, et l’Inspecteur Général à l’Enseignement primaire, secondaire et Technique, EPST, se trouvent entre les mains de la Justice. Une information confirmée par plusieurs sources. Des arrestations consécutives aux dénonciations sur le détournement présumé des deniers publics dont seraient coupables les précités. L’inspection générale des finances, IGF, auteure de ces dénonciations n’attend pas en rester là.

Les révélations faites dans les dernières semaines de l’année 2020 par l’IGF, commencent à produire les effets escomptés. Les conclusions de la mission de contrôle ad hoc effectuée précisément au SECOPE et à l’Inspection générale de l’EPST, avaient en effet mis à jour un présumé détournement estimé à plusieurs dizaines des milliards de francs congolais.  

En outre, le présumée détournement de cette somme colossale destinée à soutenir la gratuité de l’Enseignement de base, l’IGF avait également révélé l’existence des faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles, ainsi que la question de Nouvelles Unités, NU. Ce qui serait à la base de l’explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel enseignant seul qui devait bénéficier de la gratuité de l’Enseignement.

Eu regard à toutes ces différentes soupçons, les enseignants du secteur de l’EPST n’ont cessé depuis de réclamer que justice soit faite.

A noter que dans son rapport, l’IGF avait identifié quelques hauts responsables du ministère de l’EPST et des agents de la direction de la paie et de la direction du Trésor et de l’ordonnancement, comme étant les auteurs directs de cette mafia savamment organisée. D’où ces premières arrestations touchant les plus hauts responsables des structures en cause.