CHAN : Maltraités, malmenés, paralysés, les Léopards laissent la peau au Cameroun

CHAN : Maltraités, malmenés, paralysés, les Léopards laissent la peau au Cameroun

Le choc des fauves d’Afrique centrale a bien tenu toutes ses promesses sur la pelouse dans cette rencontre entre les Léopards de la Rdc et les Lions indomptables du Cameroun. Jusqu’avant la fin du coup de sifflet final, tout pouvait arriver dans un sens comme dans l’autre, tellement que les deux équipes ont été mordants dans leurs prestations respectives. Illustration de la détermination de chaque sélection à vaincre son adversaire.

Déjà à la 21ème minute de la partie, les Léopards ont réussi à scorer grâce à une tête de Makabi Lilepo sur corner, donnant ainsi l’espoir aux Congolais.

Une dispute de balle entre deux joueurs congolais contre un camerounais

La réaction camerounaise sera immédiate. A la 29ème minute,  Yannick N’Dieng va égaliser. Et quelques minutes avant la pause, Félix Oukiné porte le score à 2 à 1 en faveur des Lions Indomptables.

En deuxième période, les Léopards multiplieront des initiatives en vue de renverser la vapeur. L’adversité des camerounais jouant à la conservation de cette avance acquise en première période sera à la hauteur, jusqu’au coup de sifflet final. 2-1, le pays organisateur l’emporte et passe en demie finale

Après un parcours flatteur en phase de pool avec deux victoires et un nul, en finissant premiers de leur groupe avec 7 points, les Léopards ont enregistré ainsi leur première défaite de la compétition et qui leur coutera l’élimination.

« On m’a fait boire des médicaments alors que je n’étais pas malade »

Cette déclaration dans les médias en plein CHAN de l’entraineur congolais Florent Ibenge illustre, en une phrase, le scénario rocambolesque monté par les camerounais en vue de déstabiliser le Onze national de la Rdc. Une orchestration particulière du pays organisateur qu’on ne saurait taire pour être complet dans la restitution de faits déterminants.

Florent Ibenge le coach congolais face aux médias

En effet, qualifiés pour les quarts de finale avec comme adversaires à ce niveau  les Lions indomptables du Cameroun,  les Léopards de la Rdc, athlètes et entraineurs principalement sont restés paralysé par un faux diagnostic des cas positifs au coronavirus. Un diagnostic de l’équipe locale de dépistage. Près de 10 titulaires et l’entraîneur sont ainsi déclarés positifs. Une machination, qui a complètement désamorcé le plan des congolais. La contre expertise exigée et réalisée donnera les résultats à moins de cinq heures du match, en démontrant tout autre chose que le bulletin fourni par l’expertise locale : seuls 2 joueurs et un membre du staff étaient positifs. Le complot a donc été mis à  nu et déjoué.

Concerné par cette situation, le coach national congolais Florent Ibenge a par conséquent été pratiquement handicapé pour bien préparer cette rencontre. Une mise en scène qui n’a pas aussi été sans impact sur la concentration des athlètes et des autres membres du staff technique. Le classement des joueurs n’a pu être finalisé que quelques heures avant le match.

A noter que ces diagnostics en défaveur et autres membres du staff et de la délégation côté congolais a commencé depuis la première rencontre de la phase des pools, obligeant à titre d’illustration les Léopards à jouer avec trois gardiens différents en trois matchs.

Malgré toutes les précautions prises, de joueurs et membres de la sélection congolaise étaient toujours testés positifs au Covid-19 au cours de ce CHAN/Cameroun 2020

Le double champion du CHAN et un des favoris de l’édition camerounaise a été ainsi débarqué de la compétition dans de conditions les plus déloyales. Une tâche noire que les camerounais auront du mal à effacer des annales du football africain en particulier.