Union africaine : La présidence Tshisekedi dans un contexte continental plein d’hostilités

Union africaine : La présidence Tshisekedi dans un contexte continental plein d’hostilités

Sacré par ses paires 1er Vice président pour 2020 et président pour 2021 lors de la 33ème session ordinaire de l’Union africaine en Février 2020 à Addis-Abeba, le Chef de l’Etat Congolais Félix Tshisekedi a effectivement accédé ce 6 Février 2021 à la présidence de l’organisation panafricaine comme prévu, pour un an. Un mandat important qui marque le retour de la RDC au sommet de la politique panafricaine, plus de 50 ans après que Mobutu Sese Seko ait dirigé l’Organisation de l’Unité Africaine, l’ancêtre de l’Union Africaine, en 1968. Félix Tshisekedi qui tient à réussir son passage, a articulé son action à mener sur neuf principaux  piliers qu’il estime capables d’impacter sur les crises multiformes que connaît actuellement le continent africain. Une évidence cependant : rien ne sera facile.

Le Président de Rdc Félix Tshisekedi a officiellement pris les rênes de l’Union Africaine ce samedi 6 Février 2021, à l’ouverture de la 34ème Conférence des Chefs d’État de l’Organisation qui a eut lieu dans la capitale Ethiopienne, succédant ainsi à son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa. A cette occasion,  Félix Tshisekedi a reçu les symboliques attributs du pouvoir que sont le drapeau et le marteau. 

Le sommet dont la tenue a fait l’objet de débats durant les jours précédents en raison de la situation sanitaire, se tient finalement dans un format particulier : les Chefs d’Etat du continent sont connectés par visioconférence tandis que seuls le président entrant et le Président de la commission sont à la tribune, devant une cinquantaine de personnalités.

Pour réussir, Felix Tshisekedi a déjà mis en place un panel de haut niveau pour l’accompagner dans cette mission. Il est clair que le président congolais devra faire face à de nombreux défis lors de ce mandat d’un an. La récente progression de la pandémie de Covid-19 sur le continent qui frappe durement les services de santé et les économies du continent, le litige sur le barrage du Nil, et les conflits dans le Tigré éthiopien, le Sahel, la République centrafricaine et l’est de la Rdc, sont autant des challenges sur le chemin du nouveau président de l’UA.

Programme ambitieux

Ambitieux. C’est ainsi que certains analystes qualifient le programme du Président Tshisekedi pour l’UA et qui repose sur neuf « piliers » comme suit : Lutter contre le Covid-19, dont la deuxième vague frappe le continent plus fort que la première, où il pourra être question de réfléchir pour non seulement faciliter l’accès au vaccin mais aussi assurer une bonne prise en charge des malades; promouvoir une Afrique « responsable, consciente de son Histoire, de son potentiel artistique et de la richesse de son patrimoine culturel »; promouvoir la paix et la sécurité, ce, alors que le continent est le théâtre d’une guerre civile en Libye, de violences djihadistes et communautaires au Sahel et au Nigeria, d’une rébellion du Tigray contre Addis Abeba, d’une rébellion des anglophones au Cameroun, d’un accroissement des violences djihadistes au Mozambique, de violences récurrentes à l’est de la RDC; appuyer l’intégration africaine, sans nul douteavec la mise en place de la ZLECAf, la libre circulation des personnes et des biens; « accélérer » la construction du barrage Grand Inga dont le début fait encore les frais des désaccords entre investisseurs et Kinshasa; promouvoir le développement du « capital humain africain » avec l’éducation, pour former des élites capables de trouver des solutions aux défis du continent; lutter contre les violences basées sur le genre et pour la parité dans les instances africaines de décision; promouvoir l’Etat de droit; soutenir la lutte contre le changement climatique.

Bien qu’engagé à poursuivre dans la même lignée que ses prédécesseurs, Félix Tshisekedi voudrait certainement marquer la différence avec ces points clés de sa feuille de route, malgré un environnement peu favorable actuellement, compte tenu de ces crises multiformes qui secouent le continent particulièrement..

Le nouveau bureau de l’UA installé

Comme programmé, il a également été procédé à l’occasion de la 34ème session ordinaire de l’Assemblée des Chefs d’État et de Gouvernements, à l’installation du nouveau bureau pour ce nouveau mandat 2021-2022.  

Ainsi, Félix Tshisekedi qui succède au Sud-Africain Cyril Ramaphosa sera assisté par ses homologues sénégalais, comorien, égyptien et zambien, formant ensemble une équipe organisée de la manière suivante :

– Présidence: Félix Tshisekedi (RDC)

– 1ère Vice-Présidence : Macky Sall (Sénégal)

– 2ème Vice-Présidence : Azali Assoumani (Comores)

– 3ème Vice-Présidence : Abdel Fattah Al-Sissi (Egypte)

– Rapporteur : Edgar Lungu (Zambie) 

A noter que le thème de cette 34ème Session ordinaire de l’Assemblée des Chefs d’État et de Gouvernements à Addis-Abeba, est : « Arts, culture et patrimoine : leviers pour construire l’Afrique que nous voulons ».

Le bal en cette journée d’inauguration a été ouvert par le Président Sud-Africain Cyril Ramaphosa, qui a prononcé son discours en qualité de président sortant de l’institution panafricaine. Le Président congolais Félix Tshisekedi a pris ensuite le relais par son discours de circonstance introduisant son nouveau mandat.