Luca Attanasio : Ce meurtre qui va faire pencher la Communauté internationale sur le drame en Rdc

Luca Attanasio : Ce meurtre qui va faire pencher la Communauté internationale sur le drame en Rdc

L’ambassadeur d’Italie en République démocratique du Congo, RDC, est mort ce lundi 22 Février 2021, victime d’une attaque à Kibumba près de Goma dans la province du Nord-Kivu, une région infestée des groupes armés depuis 25 ans dans des conflits souvent oubliés par la communauté internationale, mais qui endeuillent chaque jour depuis des familles congolaises. A 43 ans d’âge, l’ambassadeur Luca Attanasio est décédé des suites de ses blessures par balles, témoignent plusieurs sources. Une disparition

En effet, c’est lors d’une visite sur le terrain au nord de Goma avec le Programme alimentaire mondial, PAM, que l’ambassadeur Luca et son convoi ont été pris pour cible par des hommes armés vers 10h15. Gravement blessé par balles à l’abdomen, précisent certaines sources, l’ambassadeur a été évacué dans un état critique vers l’hôpital des Nations unies à Goma, où il va succomber à ses blessures. Trois personnes ont été tuées dans cette attaque. Outre donc l’ambassadeur, les deux autres victimes sont un officiel de l’ambassade d’Italie et un congolais chauffeur au nom de Mustapha Milambo, peut-on lire dans un communiqué de l’agence onusienne.

Mustapha Milambo, le congolais chauffeur mort dans cette attaque

Selon le PAM, la délégation devait visiter un programme d’alimentation scolaire à Rutshuru toujours dans le Nord-Kivu lorsque l’attaque a eu lieu.

Risques démesurés

Si tout le monde parle de la même voix concernant les circonstances de cette disparition tragique, Beaucoup relèvent également les risques presque démesurés qu’a pris cette délégation dans une région indexée « zone rouge ».

L’ambassadeur voyageait en voiture dans un convoi de la Monusco témoigne le PAM. Cependant, une source de la mission onusienne en Rdc indique que les victimes étaient dans un convoi de deux véhicules du PAM, sans présence de la Monusco.

Le Ministère congolais de l’Intérieur de son côté indique pour sa part dans un communiqué signé par le directeur de cabinet adjoint du Vice-premier ministre et ministre de tutelle, que « les services de sécurité provinciale et les autorités provinciales n’ont pu, ni assurer les mesures de sécurisation du convoi, ni leur venir en aide faute d’informations sur leur présence dans cette partie du pays pourtant réputée instable et en proie à l’activisme de certains groupes armés rebelles nationaux et étrangers ».

Assassinat ciblé ?

Selon certaines sources, les assaillants ont tenté d’enlever sept personnes du convoi quand des écogardes du parc des Virunga sont intervenus pour les en empêcher.

Pour d’autres, l’attaque visait directement l’ambassadeur italien. Blessé, Luca Attanasio a été évacué par les écogardes avant de succomber à ses blessures, à l’arrière d’un véhicule, entouré d’un homme lui tenant la main.

L’ambassadeur Luca grièvement blessé est transporté d’urgence à l’hôpital
où il va succomber

Une photographie « christique » de cette terrible scène faisait, lundi 22 décembre, le tour des réseaux sociaux.

Cet assassinat place sur la table de manière flagrante, l’impérieuse nécessité pour la communauté internationale de se pencher finalement sur l’épineux dossier longtemps ignoré par elle de l’insécurité et de guerres sauvages dans la partie orientale de la Rdc. Plusieurs réactions tant en Rdc qu’à travers le monde à la suite de ce meurtre, laisse penser que la Communauté internationale ne restera plus insensible à ce drame, que vivent les populations congolaises dans certains coins du territoire national.

A noter Luca Attanasio était ambassadeur en RDC depuis octobre 2019, après être arrivé dans le pays deux ans plus tôt en tant que chef de mission. Il est donc le deuxième ambassadeur européen en fonction tué par balles en RDC, après le Français Philippe Bernard, tué le 28 janvier 1993 lors d’émeutes qui avaient conduit à des pillages à Kinshasa, sous le règne de l’ex-président Mobutu Sese-Seko.