Congo : Evolution remarquable des travaux de construction du marché central moderne de Pointe-Noire

Les étals d’un autre âge qui composaient, jadis, le marché Lumumba de Pointe-Noire, dans le deuxième arrondissement de la capitale économique congolaise ont fait à des tables modernes pour vendeurs à l’étalage. En séjour de travail dans la ville océane, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso a visité le chantier, le dimanche  21 février 2021, en fin de journée, pour s’assurer de la nature et de l’évolution des travaux.

Le président de la République a laissé le confort du bureau pour toucher du doigt la réalité du terrain. Il s’agit pour lui de s’assurer que la mise œuvre de la politique d’assainissement et de modernisation de Pointe-Noire se déroulait normalement. D’autant que la construction de ce marché moderne est la concrétisation de son engagement de doter la capitale économique d’un ambitieux programme d’assainissement et de modernisation.

L’arrivée de Sassou-N’Guesso dans le chantier

Ce marché de deux blocs compte, environ 5 000 places, épouse la modernité. Il comprendra des chambres froides, un super marché, des restaurants et terrasses. L’objectif est d’assurer le bien-être des populations et permettre aux vendeurs d’évoluer dans un environnement propre et assaini.

Quand il est arrivé sur le site, le président de la République est accueilli par quelques officiels locaux, mais surtout par une foule de pontenegrines et pontenégrins dont certains étaient vêtus des tee-shirts aux couleurs des partis et associations de la majorité présidentielle.

Puis, il a suivi la présentation technique de l’infrastructure par le coordonnateur technique des grands travaux, Oscar Otoka, selon qui, ce marché moderne se construit en deux modules de R+2 chacun. Le premier a déjà reçu le gros œuvre, avec près de 950 étals, tandis que le second module est exécuté à près de 15%.

La visite de l’infrastructure qui s’en est suivi a commencé au rez-de-chaussée avant de ce poursuivre au premier niveau du marché qui en compte deux. Compartiment après compartiment, Denis Sassou-N’Guesso a pu s’enquérir de l’état d’avancement des travaux.