Covid-19 : Environ 7 millions de doses du vaccin AstraZeneca attendus en Rdc cette semaine

Covid-19 : Environ 7 millions de doses du vaccin AstraZeneca attendus en Rdc cette semaine

Bénéficiaire du programme Covax, une initiative mondiale pour un accès équitable à la vaccination contre le Covid-19 dans 200 pays, la RDC va accueillir du 1er au 7 mars ses premières doses de vaccin contre la Covid-19. Une annonce faite par le Ministre de la Santé publique de la République Démocratique du Congo, RDC. Au total, 6.948.000 doses du vaccin développé par le groupe pharmaceutique suédo-britanique AstraZeneca. Le Ghana, la Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud, etc. expérimentent déjà ce vaccin.

Les détails concernant cette campagne de vaccination contre le Covid-19 en Rdc, ont été traités au cours d’un atelier du Programme Élargi de Vaccination, PEV, qui s’est tenu dernièrement à Kinshasa. Il sied de retenir à cet effet que la première vague de vaccination ne concerne pas tout le monde, car elle ne couvrira que 20% de la population. Le personnel soignant, les personnes âgées et celles souffrant de ce qu’on appelle des comorbidités, des fragilités, sont ainsi principalement visés, précisent les sources du Ministère de la Santé. Ce qui est contraire aux les rumeurs selon lesquelles ladite vaccination sera obligatoire. Des mouvements de panique avaient d’ailleurs été observés il y a quelques jours dans certaines villes à l’Est de la Rdc à cause de ces rumeurs.

Parlant précisément de cet atelier, Elisabeth Mukamba, Directrice du de PEV, indique que cette réunion a permis « d’échanger et trouver un consensus sur la manière dont l’un des axes pour la lutte contre la Covid-19 va être intégré dans le système de santé. Cet axe est la vaccination contre la maladie à coronavirus, c’était essentiellement, retenir le lieu des sites de vaccination, comment on va les implanter en RDC, comment au niveau des sites les tâches seront réparties, comment on va identifier les cibles prioritaires ».

D’après certaines analyses, le choix d’AstraZeneca serait motivé par le fait que c’est un vaccin à vecteur viral, une technologie plus traditionnelle qui le rend moins coûteux et plus facile à stocker. De réalités avantageuses pour des pays d’Afrique principalement.

A noter que le système Covax, mis en place par les Nations unies pour éviter l’accaparement de l’ensemble des doses par les pays riches, vise à fournir cette année des vaccins à 20 % de la population de près de 200 pays et territoires participants et comporte un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à revenus faibles et intermédiaires d’avoir accès aux précieuses doses. Le système est d’autant plus important que, pour l’instant, la fabrication des vaccins contre le coronavirus est encore en deçà de la demande mondiale.