L’artiste Idengo Delcato auteur de la chanson « Politiciens Escrocs » finalement acquitté

L’artiste Idengo Delcato auteur de la chanson « Politiciens Escrocs » finalement acquitté

Poursuivi entre autres pour offense au Chef de l’Etat et faux bruits dans sa chanson intitulée « Politiciens Escrocs », où il dénonce de promesses non tenues, l’artiste musicien Idengo Delcato a été acquitté ce mercredi 10 mars par le Tribunal de paix de Beni, dans l’affaire l’opposant au ministère public. Un verdict qui rencontre les attentes d’une bonne partie de l’opinion, dans un procès qui suscite des interrogations.

C’est dans l’avant-midi de ce mercredi 10 Mars 2021, que le prononcé a été rendu devant les avocats conseils du prévenu, tous présents dans la salle d’audience du tribunal de paix de Beni, alors que le ministère public avait requis le lundi dernier trois mois de servitude pénale principale à l’encontre du prévenu « pour offense au chef de l’État, outrage aux députés et pour omission de sa musique au service de censure ».

Pour rappel, c’est depuis le 02 février 2021 que l’artiste musicien Katembo Vinywa Delphin alias Idengo Delcato avait été arrêté à Beni, dans la province du Nord-Kivu par les services de Renseignements militaires.

Dans son tube en question, l’artiste a rappelé aux autorités du pays les promesses tenues à l’endroit de la population, surtout pendant la campagne électorale. Il a par exemple nommément cité le Chef de l’État pour sa promesse de la délocalisation du camp Kokolo à Beni pour faire face aux massacres des civils par des rebelles ougandais de l’ADF, promesse non encore concrétisée jusqu’ici.

Le déroulé de l’audience du lundi 8 Mars dernier a laissé voir qu’il n y avait aucun plaignant qui a déposé une plainte contre Idengo Delcato. En tout cas pas les députés nationaux, ni le Chef de l’État encore moins le Gouverneur qui l’ont fait arrêter. Ainsi ont noté plusieurs observateurs. La foule très nombreuse qui avait investi l’environnage du Tribunal de paix de Beni appelait à la libération de cet artiste. De voix s’étaient également levées dans l’opinion dans le même sens, en rappelant que la Rdc était un Etat de droit, un pays de démocratie, où la liberté d’expression est garantie dans les textes de la Loi Fondamentale.

Avec ce dénouement, d’aucuns se demandent si l’arrestation de Delcato ne relevait-il pas d’un excès de zèle. De même que si son acquittement ne serait-il pas aussi le fait de pression de l’opinion, vu que son procès a pratiquement soulevé un tollé général.