PT-NTIC : Liquid Télécom en Rdc ou le choix hautement stratégique du Gouvernement congolais

PT-NTIC : Liquid Télécom en Rdc ou le choix hautement stratégique du Gouvernement congolais

La société Liquid Telecom, spécialisée dans la fourniture de connectivité Internet par fibre optique s’installe officiellement en Rdc. Elle devient donc le deuxième opérateur dans ce marché en Rdc à l’instar de la Société congolaise des postes et télécommunications, SCPT. Le Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, PTNTIC, Augustin Kibassa Maliba, a présidé la cérémonie du lancement officiel des activités de cette la Société, à laquelle ont pris également part plusieurs personnalités et acteurs du secteur des télécommunications en RDC. C’était le mardi 16 Mars 2021.

Le Patron des PT-NTIC Kibassa Maliba a, à cette occasion, remercié le Chairman de la Société Liquid Intelligent Technologies (LIT), au nom du gouvernement congolais, pour avoir décidé d’investir en République Démocratique du Congo, ce qui constitue à l’en croire, un bon choix, car « malgré les difficultés du pays, la RDC a un réel potentiel pour le développement des affaires ». « Je souligne que la RDC, c’est plus de 2,3 millions de kilomètres carrés avec une population de plus de 90 millions d’habitants, un taux de pénétration de moins de 50 pourcents pour la téléphonie cellulaire et une couverture de l’étendue du pays estimée à 30 pourcents seulement », a encore souligné Augustin Kibassa.

Avec l’installation de Liquid Telecom en Rdc, le pays vient de mettre officiellement en service la liaison par fibre optique, qui va de la ville portuaire de Moanda sur l’Atlantique, à travers Kinshasa la capitale, à Lubumbashi, en Zambie, au Zimbabwe et jusqu’au Cap. Au niveau de la Zambie, le câble rejoint le câble Liquid Telecom qui relie l’Afrique de l’Est et l’Egypte. Il créera également la première traversée de l’Afrique d’ouest en est, par câbles en fibre.

Le ministre Augustin Kibassa des PT-NTIC

C’est dans ce contexte certainement que le ministre Kibassa a rappelé à l’assistance que la RDC a une position géostratégique dominante au centre de l’Afrique et cela fait d’elle un carrefour naturel des échanges entre les coins cardinaux de l’Afrique. Du fait de cette position, a-t-il souligné, « la RDC a pour vocation d’être l’un des plus grands transitaires des télécommunications et des données numériques du Monde, pouvant relier la Méditerranée et le Cap de bonne espérance, l’océan Atlantique et l’océan Indien ».

D’après certaines analyses, l’octroi, par la Rdc, à Liquid Telecom de la licence pour la construction de sa station d’atterrage de câble sous-marin de fibre optique, semble surtout être une mesure de sécurité du gouvernement suite à la coupure du câble sous-marin West Africa Cable System (WACS), qui a privé dernièrement la RD Congo de l’accès à Internet pendant trois semaines. Le pays qui n’a pas de redondance avait dû négocier une connexion avec l’Angola pour accéder à nouveau à Internet.

Augustin Kibassa a aussi renseigné que pour connecter la totalité de sa population, la RDC a besoin de construire un réseau de transmission d’une longueur d’environ 50.000 km de fibre optique. Cependant, précise le Ministre des PTNTIC, « la RDC éprouve d’énormes difficultés en terme d’investissements pour arriver à relever le défi de construire les infrastructures numériques adéquates qui sont le socle du développement du numérique ».

S’inscrivant dans la vision du Président Tshisekedi, Augustin Kibassa a souligné son souhait de voir les communications régionales rester dans la région au lieu de transiter par des pays lointains. « L’avantage étant l’amélioration de la qualité de service à prix abordable », a-t-il relevé.

Avec cette nouvelle liaison panafricaine à haut débit, Liquid Telecom est sur le point de réaliser une latence considérablement réduite, pour répondre à la demande croissante en connectivité de haute qualité, exprimée par les populations et les entreprises locales et internationales.