EPST : A qui le prochain tour après la condamnation par la Justice de Michel Djamba et Delphin Kampay à 20 ans de prison ?

EPST : A qui le prochain tour après la condamnation par la Justice de Michel Djamba et Delphin Kampay à 20 ans de prison ?

Les prévenus Michel Djamba Kaombe et Delphin Kampay, respectivement inspecteur général de l’Enseignement primaire secondaire et technique, EPST et Directeur national du Service de Contrôle et de Paie des personnels Enseignants, SECOPE, ont été déclarés coupables de détournement des fonds alloués au programme de la gratuité de l’Enseignement. Verdict rendu le jeudi 25 Mars à l’issue d’une audience tenue à l’ex prison centrale de Makala, Les deux prévenus sont condamnés à « 20 ans des travaux forcés principalement et subsidiairement de l’interdiction pour 5 ans après l’expiration de la peine, du droit de vote et d’éligibilité ; de la privation du droit à la libération conditionnelle ou à la réhabilitation ; de l’interdiction d’accès aux fonctions publiques et paraétatiques », en plus des dommages et intérêts de l’ordre 100 millions de Franc congolais ainsi qu’à la restitution des sommes d’argent détournés.

Il a fallu 20 jours de procès, soit du 5 au 25 Mars 2021, pour que la Justice congolaise rende son verdict dans le procès sur le détournement des deniers publics opposant le ministère public à l’inspecteur général de l’EPST), Michel Djamba Kahombe et au directeur général du SECOPE, Delphin Delon Kampay. Emotionné, ce dernier a piqué une crise sur place à l’audience. Le juge a ordonné aussitôt sa prise en charge par son médecin. Les deux condamnés qui étaient jusque-là en détention préventive à l’ex prison centrale de Makala deviennent désormais des prisonniers de ce Centre pénitentiaire et de rééducation, CPRK.

Michel Djamba

A noter que Delphin Kampay était poursuivi pour détournement de plus de 13 milliards  de francs congolais. Michel Djamba était aussi poursuivi pour le même chef d’accusation pour un montant de plus de 650 millions de FC.

Delphin Kampay

Ce procès qui fait suite au rapport de l’Inspection générale des finances, IGF du 18 novembre 2020, pointe du doigt au moins 17 personnes qui seraient impliquées dans ces détournements des fonds alloués à l’Enseignement primaire, secondaire et technique, EPST.

Dans ce rapport, IGF a découvert l’existence de faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles. Il y a également l’explosion du personnel non enseignant au détriment des enseignants qui devraient être les principaux bénéficiaires de la gratuité de l’enseignement, ajoute le site web.

L’opinion est restée dans une sorte de soif non étanchée, en espérant voir d’autres personnes être jugées et condamnées après Michel Djamba et Delon Kampay. Ceci parce que plusieurs autres noms circulent dans le cadre de ces dossiers maffieux et pourraient en effet faire l’objet d’un procès à tout moment. C’est ce que rapportent certaines sources.