Centenaire de l’Eglise Kimbanguiste : Le 6 Avril en voie d’être décrété journée fériée en Rdc

Centenaire de l’Eglise Kimbanguiste : Le 6 Avril en voie d’être décrété journée fériée en Rdc

L’Eglise Kimbanguiste célèbre son centenaire à partir de ce mardi 6 Avril 2021. A l’occasion, le Président Tshisekedi invité ce jour à la cérémonie solennelle du lancement des festivités, a inauguré le musée Simon Kimbangu construit sur fonds propres sur place à Nkamba « Jérusalem, la ville sainte », dans le Kongo-Central. Mais pas seulement.

L’ambiance à Nkamba Nouvelle Jérusalem

La communauté kimbanguiste partout dans le monde est en ébullition avec une série d’activités socioculturelles programmées jusqu’au 30 Décembre 2021, organisée à l’occasion des « 100 ans » de l’Eglise Kimbanguiste.

Le Musée Simon Kimbangu

Ce 6 Avril 2021, la journée inaugurale de ces cérémonies commémoratives a été marquée par deux autres temps forts, à savoir la liturgie au Grand Temple de Nkamba et l’inaugurale du musée Papa-Simon-Kimbangu. Ce, en présence du Chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi ainsi que de plusieurs autres personnalités tant nationales que provinciales, dont les deux présidents de deux chambres du Parlement, du Gouverneur de la Province du Kongo-Centrale et du président de l’Assemblée provinciale.

Le Président Tshisekedi lors de son speech de circonstance le 6 Avril à Nkamba

Prenant la parole à cette occasion, le Président Félix Tshisekedi a expressément demandé aux présidents de l’Assemblée nationale et celui du Sénat aussi présents à Nkamba, de s’investir pour que députés et sénateurs fassent du 6 Avril une journée fériée, chômée et payée en République démocratique du Congo.

L’homme noir deviendra le maître de l’homme blanc

Simon Kimbangu s’opposait farouchement à la maltraitance des noirs pendant la période de la colonisation, une lutte qui lui a coûté 30 ans d’emprisonnement. L’Église kimbanguiste, dont il est à l’origine, a incarné un mouvement de résistance à la colonisation belge.

Dans ses convictions, « Papa » Simon Kimbangu a, une fois, affirmé qu’un jour, l’homme noir deviendra le maître de l’homme blanc.

Né le 24 septembre 1899 à Nkamba, province du Kongo-central, Simon Kimbangu est crédité 22 ans après, soit le 6 avril 1921, de la guérison miraculeuse d’une femme malade. Ce premier miracle marque la naissance de son Église, qui reprend de nombreux éléments du christianisme importé par les missionnaires, mais en l’agrémentant aux spécificités locales.

Le prophète Simon Kimbangu à droite

Le prophète Simon Kimbangu n’aura le temps d’exercer son ministère que pendant cinq mois. Mais sa prédication a trouvé un fort retentissement au sein d’une population colonisée prête à entendre son message d’émancipation de l’Homme noir.

En septembre 1921, le nouveau prophète qui déplace les foules est arrêté par l’administration coloniale belge. « Je me suis borné à prêcher l’évangile de Jésus Christ », répond-il aux juges d’un tribunal militaire qui l’accusent d’avoir porté atteinte à la sécurité de l’État et à l’ordre colonial, en le condamnant à mort en octobre. Il fut finalement enfermé pendant 30 ans jusqu’à sa mort en 1951 – le jour de la naissance de son petit-fils, actuel chef spirituel de l’Église kimbanguiste.

A noter que d’après certaines statistiques, la RDC compterait en 2021 40 % de catholiques, 35 % de protestants, 10 % de kimbanguistes, 9 % de musulmans, d’après des estimations dans un pays de plus de 80 millions d’habitants qui n’a pas recensé sa population depuis 1984.

Le Chef spirituel de l’Eglise Kimbanguiste Simon Kimbangu échangeant avec le Président Tshisekedi

Dans les textes qui la régentent, l’Eglise Kimbanguiste se dit être soumise à l’autorité établie. C’est ainsi que depuis Mobutu jusqu’à Félix Tshisekedi en passant par les deux régimes Kabila, l’Eglise Kimbanguiste a toujours soutenu le pouvoir en place. Tout au contraire de l’Eglise Catholique particulièrment.