Zoom sur Bukanga Lonzo : Encore plus des vérités avec Ados Ndombasi

Zoom sur Bukanga Lonzo : Encore plus des vérités avec Ados Ndombasi

Une vidéo virale a été publiée tout dernièrement sur le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, provoquant une vive polémique dans l’opinion.  Le député national Ados Ndombasi, auteur de cet élément, a entre autres vivement alerté l’opinion concernant l’abandon constaté de la récolte des maïs produits sur place. Dans la présente tribune, votre média qui a approché cet élu de la Funa et proche de Martin Fayulu dans un entretien approfondi, vous permet de savoir en long et en large sur cette mission d’enquête parlementaire menée par quelques élus nationaux et qui a permis qu’un pan considérable du voile de ce dossier Bukanga Lonzo soit ôté.

Dans cet entretien réalisé en présentiel avec le député national Ados Ndombasi sur l’actualité se rapportant au Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, plusieurs points ont en effet été abordés et de manière non complaisante. L’honorable député s’est largement étendu, pas seulement sur la récolte négligée de 6000 tonnes de maïs qui ont été produits, mais également sur d’autres aspects touchant ce projet de Bukanga Lonzo qui continue de s’imposer sur le devant de l’actualité. Il est allé même plus loin en expliquant pourquoi et comment est-ce que le Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo est menacé d’être converti en une plantation des cannabis ou chanvres à la place des maïs. Et c’est avec beaucoup d’énergies dont il détient seul le secret qu’Ados Ndombasi a saisi l’occasion pour critiquer, interpeller, alerter et conseiller.

Enquête parlementaire

Ce n’est pas par hasard qu’Ados Ndombasi s’est retrouvé avec ses collègues députés à Bukanga Lonzo., tel qu’il l’explique lui-même.

« Effectivement, c’est dans le cadre d’une enquête parlementaire que l’Assemblés nationale nous a envoyés en mission sur place à Bukanga Lonzo, pour s’enquérir concrètement de ce qu’est devenu ce parc agroindustriel dans lequel le Gouvernement congolais a investi plus de 200 millions Usd. Cet argent investi vient du contribuable et comme nous sommes les représentants du Peuple, il était donc de notre devoir constitutionnel d’aller voir ce que cet argent a pu apporter concrètement. Nous y sommes allés dans un échantillon vraiment représentatif avec de députés député de Lamuka, du Fcc et de l’USN ».

Une grande surprise

Le dossier du Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo défraie la chronique depuis que de noms ont été cités en soupçons de détournements des fonds publics y alloués. Certaines personnes ont même craint que ladite mission parlementaire ne soit qu’une occasion de plus pour tenter de dédouaner certains personnalités visées. Ados Ndombasi s’en défend.  

« Il est important de souligner que notre objectif dans cette enquête parlementaire n’est pas de blanchir certaines personnalités qui ont de problèmes avec l’Inspection générale des Finances, IGF, ou la Justice congolaise. Il n’est vraiment pas aussi question de chercher à nuire à qui que ce soit. Nous sommes allés voir qu’est-ce qu’il en reste de Bukanga Lonzo depuis toutes ces années après son lancement en 2014. Notre surprise a été vraiment grande de constater qu’après le dernier investissement du Gouvernement congolais, 1500 hectares des maïs ont été cultivés, lesquels ont produit 6000 tonnes des maïs à récolter ».

Paradoxal et anormal

Le problème maintenant est que le Gouvernement congolais refuse de financer la moisson de ces 6000 tonnes des maïs. Ce qui semble paradoxal après avoir financé lui-même la relance de cette culture.

« Mais ce qu’on oublie est que les maïs pour les moissonner il faut respecter un certain calendrier agricole. Pour les moissonner, il faut que la tige reste debout. Mais si on ne respecte pas le calendrier agricole, la tige va se pencher ou tomber, et les pertes peuvent  avoisiner entre 40 à 60% de la récolte. Il y a de quoi se demander dans ce cas pourquoi est-ce qu’on a cultivé tous ces maïs.

Evidemment que cela est anormal dans un pays où le taux de sous-alimentation, disons de l’insécurité alimentaire est estimée à environ 20 millions de la population. Bousiller la nourriture comme nous l’avons vu sur place constitue un véritable scandale et c’est anormal. Il est aujourd’hui plus qu’un impératif pour le Gouvernement congolais de mettre les moyens nécessaires pour qu’au finish, les Congolais puissent consommer effectivement ces maïs produits ».

Vendre un sac de 25Kg à 8 dollars Us sur le marché

Le but poursuivi avec le Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, est de combattre les prix du maïs sur le marché. Le député Ndombasi a été bien édifié là-dessus.

« Nous avons longuement échangé avec le gestionnaire du Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, qui a clairement souligné que le but poursuivi avec toutes ces productions est d’offrir le maïs à un très bon prix. Pour lui, un sac de 25 Kg produit par Bukanga Lonzo doit revenir à 8 dollars Us, plus de trois fois moins cher que le prix pratiqué sur le marché avec les mêmes produits venus de l’extérieur du pays. Avoir du maïs produit chez nous au pays et à 8 dollars Us, nous mesurons tous l’avantage pour la population ».

Non à la culture du chanvre à Bukanga Lonzo

La Jeunesse congolaise déjà longtemps sacrifiée sur l’autel des intérêts mercantiles, risque de voir cet état des choses s’empirer si l’Etat se laisse corrompre pour une conversion dangereuse du Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo.  

« L’autre grand scandale que les Congolais ne sont pas prêts à supporter est qu’une firme canadienne, avons-nous appris sur place, s’active à acheter le Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, en complicité avec certaines autorités du pays, pour ne pas planter du maïs mais du cannabis appelé couramment chanvre ou « diamba » en Lingala. Alors entre planter du maïs et planter du cannabis, nous Congolais avons besoin de quoi ? La réponse est claire que c’est du maïs qu’il faut pour la population. Ceux qui sont derrière cette « méchanceté » soutiendraient que le cannabis va rapporter plus que le maïs. Et c’est ici où nous avons l’impression qu’il existe un plan délibéré de destruction de la Jeunesse congolaise. Déjà que certains expatriés, notamment indopakistanais, libanais, etc. s’adonnent impunément à vendre de l’alcool fort à destination de la Jeunesse. On cherche maintenant à ajouter du chanvre et nous pouvons imaginer les conséquences ».

Le Gouvernement doit faire très attention

Au sujet de ce projet de conversion du Parc agroindustriel de Bukanga Lonzo en plantations du cannabis, le député Ados Ndombasi s’engage à s’y opposer farouchement.

« Cette histoire d’une firme canadienne pour la culture du cannabis à Bukanga Lonzo nous révolte énormément. Nous attirons vivement l’attention du Gouvernement congolais de ne pas donner l’occasion à certains corrompus dans ce dossier d’arriver à leur fin, malheureusement aux intérêts égoïstes. Pourquoi se permettre d’hypothéquer l’avenir du pays en livrant la Jeunesse à la merci de ces vautours ?! Nous ne nous laisserons jamais faire cela, ainsi la raison de notre plaidoirie. Ils nous trouveront sur leur chemin !  ».

C’est possible de faire mieux

Sur place à Bukanga Lonzo, l’élu de la Funa à Kinshasa découvre encore plus que des plantations des maïs.

« Nous avons observé que le Parc accuse certaines insuffisances sur le plan matériel principalement et c’est vrai qu’il y a beaucoup de difficultés. Mais ce qui est encourageant est qu’avec les moyens de bord, l’équipe de Bukanga Lonzo a réalisé cet exploit de cultiver 1500 hectares et je pense qu’il y a de quoi soutenir ce projet de Bukanga Lonzo. Ce qui est encore formidable dans ce projet Bukanga Lonzo est que ce parc comprend une sous-station électrique d’une capacité assez suffisante pour alimenter tout le Kwango. Ce sont des avantages à capitaliser ».

 Un réservoir alimentaire pour la Rdc

Au-delà de toutes les considérations, l’honorable Ados Ndombasi estime que Bukanga Lonzo est un projet à revitaliser davantage. Il donne ses raisons.

« Il y a eu certes de gens qui ont pu dans un certain passé détourner l’argent de l’Etat investi dans ce projet, ça c’est le problème de la Justice de s’en occuper. Aujourd’hui nous plaidons l’intervention de l’Etat pour un appui multiforme efficace en faveur de Bukanga Lonzo. C’est un projet à vitaliser davantage. Ce que certains ne savent peut-être pas, et que ce parc agroindustriel peut bien nourrir tout l’Est du pays avec sa production des maïs. La capacité de Bukanga Lonzo, tenez-le bien, est de 360 mille tonnes de maïs. Ce qui constitue évidemment un grand réservoir alimentaire pour la Rdc ».

Un complot bien ourdi

Comment alors expliquer le fait que le Gouvernement qui a investi plus de 200 millions Usd pour la culture des maïs ne semble pas être intéressé à mettre encore de moyens pour la récolte et l’évacuation de la production vers les centres de consommation.

« C’est clair que c’est fait exprès. Souvenez-vous qu’il y a une certaine époque où on avait fait croire à l’opinion que la terre de Bukanga Lonzo n’était pas fertile pour la culture, alors que c’est bien le contraire, la terre est fertile. Une idée malignement injecté et entretenue dans l’opinion pour des raisons de plus en plus évidentes. Ils ont manipulé les choses ainsi pour que Bukanga Lonzo soit rejetés par les Congolais enfin qu’eux en fassent ce qu’ils voudront.

Au fait ces gens-là sont contre que la Rdc atteigne l’autosuffisance alimentaire, question de maintenir le pays toujours dépendant de la production extérieure, que les Congolais ne puissent consommer que des produits importés. Il y a une maffia à tous les niveaux au pays (sécuritaire, financière, économique,…) où se retrouvent politiciens, généraux, gouvernants, etc. La vérité est comme je l’ai déjà affirmé, Bukanga Lonzo est capable de nourrir l’Ouest de la Rdc ».

Maturité et amour pour le pays

Ndombasi Ados pense, en guise de conclusion, que les choses devaient être prises sans trop de passion et d’émotion. Telle sa plaidoirie. Ce qui pourra favoriser la perception.

« Il est important qu’avant d’être Lamuka, avant d’être proche de Martin Fayulu, je suis d’abord Congolais. Aujourd’hui il se fait que je suis un élu du peuple, député national. Donc je suis bien dans mon rôle de défendre les intérêts des Congolais en menant une telle plaidoirie, de parler en leur faveur et pour le cas d’espèce, pour que les maïs de Bukanga Lonzo puissent leur profiter comme ils en ont le droit. Pour cela, je demanderai de la maturité au Peuple congolais. Il ne faut toujours pas penser négativement, avoir des préjugés sur une personne en tenant compte de son obédience politique. Je demande vraiment à tous les Congolais de la maturité et de l’amour pour notre pays ».