Mines : Albert Yuma dévoile le dessous des cartes du « bradage » de ressources minières de la Rdc

Mines : Albert Yuma dévoile le dessous des cartes du « bradage » de ressources minières de la Rdc

Les exportations du Cobalt et du Cuivre prennent de l’ascenseur en Rdc. Le comble est que ces dizaines voir centaines des milliers d’exportations sont au bénéfice des multinationales occidentales et chinoises, notamment KCC, TFM, Sicomines, qui détiennent la plus grosse part depuis des décennies au détriment de la Générale des carrières des mines, Gecamines, entreprise nationale. Et l’Etat Congolais en termes de revenus ne bénéficie que d’environ 10% des produits de vente. Albert Yuma le Président du Conseil d’Administration, PCA, de la Gecamines, en a fait le point au micro d’Alain Foka sur France 24.

Face à cette situation qui désapproprie la Rdc de ce qui lui revient naturellement, c’est-à-dire les produits de ses gisements miniers, il fallait arriver à récupérer un volet du cobalt encore non « bradé », et c’est le cobalt artisanal.  

Gisement du cuivre dans le Katanga en Rdc

Ainsi la création récente de l’Entreprise générale du cobalt sur décision du Président Tshisekedi. L’EGC est en effet une nouvelle entreprise ayant pour objet d’exercer le monopole d’achat sur toute la production artisanale de cobalt congolais, sa transformation et sa commercialisation.

« C’est à la suite d’un accident en 2019 au moment où il était au Haut-Katanga, que le Président Tshisekedi a pris en mains la gestion et de mettre des règles dans le cobalt artisanal qui représente entre 25 et 30% de tout le cobalt produit et donc exporté de manière illicite » a souligné Albert Yuma.

Mise en place en Novembre 2019 et lancée officiellement fin Mars 2021, l’EGC garantit les « normes d’exploitation minière responsable » censées rassurer les acheteurs et institutions financières que le cobalt est mis sur le marché de manière responsable. Les activités de la société consisteront en la création et la supervision de zones d’exploitation artisanale de cobalt sécurisées et strictement contrôlées, mais également en la commercialisation du produit. Elle aura le monopole pour acheter la production de tous les sites artisanaux.

Lire également https://lesnews.cd/2021/04/01/mines-la-rdc-lance-lentreprise-generale-du-cobalt-pour-simposer-dans-le-monde/

Dans ces révélations, Albert Yuma explique que lors des crises des années 90 et 2000, les institutions de Bretonwood avaient conseillé la Rdc d’accepter la prise en mains de ses gisements principalement de Cuivre et de Cobalt par des multinationaux. Ces derniers devaient en contrepartie amener au pays des capitaux. Le comble est que ces multinationaux ont gagé les gisements miniers de la Rdc, en contractant des prêts à intérêts au nom de la Rdc à la place de lui apporter des vrais capitaux. C’est à cause ces prêts que le pays ne sait plus bénéficier des produits de ses ressources minières. Etant donné que « selon les conventions on ne peut pas unilatéralement changer de partenariat industriel », a encore fait savoir Albert Yuma. 

Concrètement, les exportations des minerais du Cuivre et du Cobalt de la Rdc, sont en fait effectuées par ces multinationales et non par la Rdc via la Gecamines. Ce qui transforme pratiquement le pays en otage de ce système capitaliste à cause de ses propres minerais. Albert Yuma regrette cette sorte de propension de dirigeants à ne faire confiance qu’aux conseils qui viennent d’ailleurs, alors que le pays compte des expertises nécessaires pour cela et dans plusieurs domaines.

A l’époque où la Gecamines exploitait et exportait ces minerais au nom du pays, la contribution au budget national était de plus de 60%. Ce qui n’est plus le cas actuellement, a encore expliqué Albert Yuma.