Malgré la répression Fayulu et Muzito promettent de poursuive la mobilisation générale

Malgré la répression Fayulu et Muzito promettent de poursuive la mobilisation générale

Les opposants Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont, comme programmé depuis plusieurs jours, conduit une marche pacifique à Kinshasa le samedi 24 Décembre, pour dénoncer l’insécurité persistante dans la partie Est de la Rdc. Plusieurs militants de la plateforme Lamuka représentant les partis politiques  Ecidé et Nouvel Elan principalement, ont répondu nombreux à l’appel de ces deux leaders. La police est intervenue sur ordre des autorités du pays et a dispersé cette marche sur le boulevard Lumumba au niveau du quartier Pascal dans la commune de Masina, à quelques centaines de mètres du point de départ. Des interpellations et autres dégâts, corporels notamment, sont enregistrés. Ce qui n’entame pas la détermination de ces opposants à poursuivre ce combat, en promettant de rééditer ces manifestations toujours  à travers tout le pays.

« Je ne saurai prendre acte de votre activité qui, au regard des instructions de l’autorité suprême ainsi que les restrictions édictées par l’organisation mondiale de la santé, OMS en sigle, est susceptible d’entraîner une contamination massive de la COVID-19 », avait répondu en substance le Gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, à la lettre d’information déposée par les organisateurs de cette marche. Et de son côté, la Police avait annoncé un déploiement de ses éléments pour empêcher tout rassemblement le samedi 24 Avril 2021.

Sur le terrain, plusieurs militants ont bravé toutes ces interdictions en prenant part à cette marche.

Martin Fayulu Madidi qui manifestait aux côtés de ces militants, a en effet été empêché par la Police de poursuivre sa marche dont le point de chute était le Palais du Peuple. Pour y parvenir, la police a fait donc usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. On pouvait d’ailleurs observer de dispositifs de la police le long du boulevard Lumumba.

C’est après une longue discussion entre Fayulu et les responsables de la Police, qu’un compromis sera trouvé pour la fin de la marche. Le leader de l’Ecidé remontera ensuite à bord de sa jeep, laquelle sera entourée des éléments de la Police qui l’accompagneront, sous des applaudissements des habitants de la Tshangu, le district le plus populaire de Kinshasa.

« Inefficacité des institutions illégitimes en place »

Dans un communiqué rendu public après cette marche, Martin Fayulu et Adolphe Muzito relèvent que c’est depuis 25 ans que la Rdc fait face à une guerre injuste, « une guerre d’agression » dans ses provinces de l’Est. « Il en résulte que la population est pratiquement livrée aux sévices des armées rwandaises, burundaises, ougandaises et des milices obscures ». Des massacres odieux sont exécutés par ces groupes, et constituent ni plus ni moins un « génocide » du Peuple Congolais, affirme encore le message. Pour ça, les signataires déplorent le silence de la Communauté internationale.

Martin Fayulu micro à la main et Adolphe Muzito devant les médias après la marche du samedi 24 Avril 2021

« L’ampleur des tueries récurrentes et en masses des populations civiles congolaises est la preuve de l’inefficacité des institutions illégitimes en place et révèle le degré d’infiltration d’une armée incapable de contrer le projet funeste de balkanisation de notre pays », poursuit le communiqué.

En conclusion, Fayulu et Muzito promettent dans cette déclaration que la mobilisation générale du Peuple Congolais ne connaîtra de répit qu’à la victoire finale.

A noter que le 24 Avil symbolise également en Rdc la fin du monopartisme et l’instauration du système à plusieurs partis politiques. Le président Mobutu à l’époque, soit en 1990, alors que le pays s’appelait encore Zaïre, avait fait un discours qui restera historique de suite de changements politiques et institutionnels qui s’en suivront au pays dans les années après.

Laisser un commentaire