Les élèves en sit-in à Beni entendront-ils cet appel de Félix Tshisekedi ?

Les élèves en sit-in à Beni entendront-ils cet appel de Félix Tshisekedi ?

Une centaine d’élèves sont installés depuis plusieurs jours devant les bureaux du maire de Beni. Le Président Félix Tshisekedi a finalement réagi le jeudi 29 Mai à cette manifestation qui émeut tant la communauté nationale qu’internationale. Ce, alors que ces enfants réclamaient carrément sa venue à Beni pour s’y installer tel qu’il l’avait promis lui-même, dans le but de booster les opérations au front jusqu’à la victoire finale. La réaction de ces jeunes manifestants vivement attendue.

Ce sit-in fait suite aux journées villes mortes initiées par les organisations de la société civile de Beni, Butembo et Lubero qui réclament le départ de la mission militaire de l’Onu, la Monusco, dont ils dénoncent l’inefficacité à empêcher les massacres de civils commis par les groupes armés.

Ils comptent y rester tant que le président de la République ne viendra pas superviser sur place les opérations militaires conduites contre les rebelles ADF.

Depuis, plusieurs voix  dans l’opinion de voix s’élevaient pour que le Président Tshisekedi puisse réagir à ce mouvement inédit.

C’est ce jeudi 29 avril que Félix Tshisekedi s’est manifesté à l’occasion d’une déclaration à la Presse faite à l’issue de sa rencontre avec Charles Michel. Il a demandé aux élèves de quitter la cour de la mairie et de regagner leurs maisons.

« Je comprends. A l’heure actuelle, nous prenons un train de mesures. Je demande à ces enfants de ne pas s’exposer aux intempéries. Je promets que je serai bientôt avec eux. Ce que j’ai dit, je le ferai. Je prépare de solutions efficaces pour résoudre de manière définitive cette crise de l’estJ’ai  déjà annoncé le train des mesures radicales que nous allons prendre pour toutes ces régions en difficulté, en proie à la violence, à savoir l’Ituri, le Nord et le Sud-Kivu pour répondre à leur souhait. Je leur demande de ne pas rester exposer aux intempéries », a-t-il dit.

Pour certains analystes, le sit-in se présente aussi comme une relève aux manifestations réclamant le retrait de la Monusco dans la région de Beni.

Du côté de l’Armée,  on pense que le temps n’est pas venu pour que cette mission plie bagages, l’appui de la mission onusienne dans les opérations contre les rebelles ADF se révélant encore nécessaire.