Eruption du Nyiragongo : Le Bilan !

Eruption du Nyiragongo : Le Bilan !

Trois jours après, soit le lundi 24 Mai 2021, on en sait plus sur le bilan de l’éruption du Nyiragongo qui a fait paniquer les Congolais de la ville de Goma en République démocratique du Congo dans la nuit de samedi à dimanche derniers. On dira qu’il n’y a heureusement pas des centaines de mort comme lorsque le volcan avait fait une éruption comparable en 1977. Une coulée a tout de même atteint les abords de Goma, faisant quelques victimes et des dégâts que montrent bien des images prises par des drones. Et la population traumatisée, s’interroge sur le fait que l’éruption n’ait pas été prévue, alors que des structures existent pour cela.

C’est désormais plus claire le bilan de l’éruption du Nyiragongo survenue dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 mai 2021. Même s’il est heureusement nettement moins tragique qu’en 2002 et surtout qu’en 1977, les images du quartier de Buhene prises par des drones au-dessus de la ville de Goma montrent néanmoins  une immense mer de lave en cours de refroidissement.

Aux premières heures du lundi 24 Mai 2021, le bilan provisoire est de quinze personnes. L’éruption a fait deux morts et les autres décès sont consécutifs à la panique qui s’est emparée de la ville de Goma. Dans sa précipitation, un véhicule dont le conducteur a perdu le contrôle, a fini sa course dans un ravin causant la mort de 9 personnes. Quant aux détenus de la prison centrale, 4 d’entre eux ont tenté leur chance et se sont échappés ; malheureusement, ils ont été atteints par les balles des forces de sécurité. Autour de la ville, les dégâts matériels sont considérables. Plusieurs sources indépendantes confirment cette comptabilité.

Une vue aérienne de l’éruption de Nyiragongo (Photo Tiers)

Quelques heures après le début de l’éruption, la ville de Goma a vécu un dimanche éprouvant. La nuit précédente a fait remonter les traumatismes au sein de la population et mis à jour des défaillances dans la surveillance du volcan.

Une ville extrêmement éprouvée

La ville de Goma est coupée de l’extérieur, privée d’électricité, de distribution en eau et en ravitaillement alimentaire. Dix-sept villages ont été touchés, la lave engloutissant sur son passage des maisons et détruisant les infrastructures, dont les routes… Dans la ville de Goma, et dans ce contexte de panique générale, des malfrats en ont profité pour piller des maisons. Les organisations humanitaires sont à pied d’œuvre.

Pointés du doigt, les membres de l’Observatoire volcanologique de Goma, OVG, sont mis en cause par certains habitants qui ne comprennent pas pourquoi une alerte n’a pas été donnée concernant l’existence d’un danger imminent d’éruption.

La ville de Goma sinistrée suite à l’éruption du Nyiragongo (Photo Tiers)

Malheureusement, comme l’a expliqué à travers de médias Kasereka Mahinda Célestin, le directeur de l’OVG, cette dernière avait arrêté sa surveillance du Nyiragongo pendant sept mois, soit depuis octobre 2020 jusqu’à avril 2021, faute de moyens.

La lave la plus rapide au monde

« C’est la lave la plus rapide au monde ! ». Collaborateur de l’Observatoire de Volcanologie de Goma, OVG, le volcanologue Dario Tedesco, témoigne des dysfonctionnements « structurels » de l’organisme et dénonce un cruel manque de moyens, après l’éruption du volcan Nyiragongo, à Goma.

C’est ce que confirme en détail Dario Tedesco, un volcanologue italien résidant à Goma depuis des années et qui a travaillé avec le Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets, UNOPS, sur la surveillance du Nyiragongo.

Pour rappel, les Congolais de la ville de Goma en République démocratique du Congo étaient dans la frayeur dans la nuit de samedi à dimanche car le volcan Nyiragongo a fait une nouvelle éruption comparable à celle de 1977 qui avait fait des centaines de morts. C’est probablement le lac de lave de ce stratovolcan qui s’est vidé par une fissure. Une coulé a atteint les abords de Goma mais apparemment sans faire de victimes directes.

LesNews.Cd/FuturaScience.Com