Covid-19 et vaccination : Encore une alerte d’un spécialiste !

Covid-19 et vaccination : Encore une alerte d’un spécialiste !

La troisième vague de la pandémie du coronavirus, plus mortelle que les deux précédentes, avec son variant dit « delta », continue sa progression macabre en faisant plus des victimes à travers le monde en général et en République démocratique du Congo, RDC, en particulier. Ce pays qui était parmi le moins affecté dans le monde il y a quelques mois, enregistre pratiquement depuis une flambée des contaminations entraînant n même temps une montée sans précédent du nombre des décès. Les gestes barrières qui représentent le moyen le plus accessible à tous pour se protéger du Covid-19 sont toujours méprisés par un plus grand nombre. Le refus de croire à l’existence de la maladie persiste dans les esprits. La vaccination en cours au pays et dans le monde entier subit malheureusement le même sort que la maladie : la diabolisation. Irène Frachon, célèbre médecin français, est sortie de sa réserve et s’est exprimée à ce sujet, en alertant sérieusement, dans une tribune parue chez notre confrère leparisien.fr.

Elle ne s’est rendue positivement célèbre en  révélant le scandale du Mediator, un coupe-faim, présenté comme un antidiabétique et qui avait fait près de 2000 morts. Son nom est récupéré par les antivaccins pour discréditer cette solution.

«Les études sont sérieuses, faites-moi confiance, allez vous faire vacciner »

C’est ainsi en substance l’appel d’Irène Frachon aux récalcitrants. La célèbre pneumologue prend position pour la vaccination. Le bénéfice est immense, clame-t-elle après avoir épluché les études. « Il y a eu énormément de confusion, d’avis contradictoires. La parole a été donnée à certains qui criaient plus fort que d’autres et pas forcément à ceux qui présentaient les meilleurs gages de crédibilité et de compétences ». Frachon prend la parole parce qu’elle ne veut pas que l’affaire du Mediator soit instrumentalisée pour aggraver le drame de la pandémie, cautionner une défiance qui est cette fois, à son sens, très mal placée et délétère. C’est aussi en tant que médecin qu’elle a décidé de briser le silence, elle qui affirme avoir suivi de très près les informations sur l’épidémie.

« Je suis absolument effrayée des conséquences humaines et sociales »

Pour Irène Frachon, le monde vit un péril vital pour notre société ces deux dernières années. Une situation qu’elle compare aux grandes périodes de guerre. « Et comme médecin, à l’impuissance des débuts, j’ai accompagné l’espoir et la joie du développement des vaccins. Ce bénéfice est une nouvelle remarquable dans le cataclysme de cette pandémie. Par ailleurs, on n’a pas de médicament efficace si ce n’est pour traiter l’inflammation, grâce à la cortisone et à l’oxygène. Quand le virus dévaste la totalité du poumon, on ne peut plus rien faire et on assiste, impuissant, aux décès des patients », déclare-t-elle.

La célèbre pneumologue française Irène Frachon. (Photo droit tiers)

Face aux récalcitrants,  Irène Frachon tente de rassurer : «  Que j’ai regardé de près les études de validation et la veille de pharmacovigilance. Et que je suis convaincue de la qualité, du sérieux et de l’efficacité des vaccins agréés… Aujourd’hui, beaucoup de gens me font confiance et je leur dis : vous avez une solution, faites-vous vacciner ! Même s’il n’y a que quelques effets secondaires comme un syndrome grippal. Les complications plus sérieuses sont exceptionnelles et les bénéfices du vaccin sont infiniment supérieurs aux risques du Covid, il n’y a pas photo… On ne sortira de cette crise que si toute la population se fait vacciner rapidement ».

En parlant des risques d’une couverture vaccinale insuffisante, la spécialiste française craint dans ce cas une quatrième vague meurtrière, d’autres drames humains. En plus de la mortalité insupportable liée au Covid, un pourcentage de malades va mal s’en remettre. « Il faut aussi à tout prix éviter les conséquences dramatiques d’un nouveau confinement. Si on ne se vaccine pas suffisamment, on risque une agonie sociale », conclut-elle.