Justice : « Libre », Matata Ponyo reste toujours à la disposition du Parquet

Justice : « Libre », Matata Ponyo reste toujours à la disposition du Parquet

24 heures après avoir été assigné en résidence surveillée, l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo a bénéficié le mercredi 14 Juillet de la levée de cette mesure conservatoire prise par la Justice de la République démocratique du Congo, RDC. Le Parquet ayant trouvé de bonnes raisons de ne pas le maintenir le sénateur en détention provisoire soit-elle, tout en poursuivant l’action judiciaire contre lui.

Augustin Matata Ponyo est soupçonné de détournements de deniers publics dans deux affaires. Il s’agit en effet du dossier en rapport avec l’indemnisation des victimes de la « zaïrianisation », des faits qui remontent à l’époque où Matata étaient Premier ministre, soit entre 2012-2015, ainsi que celui lié au parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo. Après deux jours d’audition, soit le lundi 12 et mardi 13 Juillet dernier, le Parquet près la Cour Constitutionnelle avait émis un mandat d’arrêt provisoire à l’encontre de l’ancien Premier ministre. Ce dernier avait alors négocié pour qu’il soit mis en résidence surveillée.

« L’ancien Premier ministre Matata Ponyo Mapon n’est plus en résidence surveillée. Le parquet général près de la Cour constitutionnelle en a décidé ainsi ce mercredi soir. Il est rentré à son domicile sans être accompagné par des policiers… Ce dossier est fondamentalement politique. Nous comptons demander sa comparution en homme libre parce qu’il n’y a rien contre lui… Nous avons apporté toutes les preuves que la liste des créanciers, la certification des dettes nées de la zaïrianisation, bref tous les dossiers ont été préparés plusieurs années avant son arrivée au gouvernement », a déclaré en substance son avocat Me Laurent Onyemba au micro de l’AFP.

D’après une source proche du dossier, on apprend que Matata Ponyo a été libéré parce que sa fuite n’est pas à craindre. Pour la suite de l’affaire, il devra répondre désormais aux invitations du parquet, mais en homme libre.

Laisser un commentaire