Monsengwo, Etsou et Malula partagent désormais la crypte de la Cathédrale Notre dame du Congo

Monsengwo, Etsou et Malula partagent désormais la crypte de la Cathédrale Notre dame du Congo

Mgr Laurent Monsengwo Pasinya, troisième cardinal de l’histoire du Congo indépendant,  a été conduit dans sa dernière demeure comme prévu le mercredi 21 Juillet 2021. L’inhumation a eu lieu à la crypte de la Cathédrale Notre dame du Congo à Kinshasa, en présence des Chefs d’Etat Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo, RDC, et Denis Sassou N’Guesso de la République du Congo. Le tout dans une ambiance inédite.

C’est dans la crypte de la Cathédrale Notre dame du Congo à Kinshasa, où reposaient déjà ses prédécesseurs cardinaux Frédéric Etsou et Joseph Malula, que Laurent Monsengwo Pasinya, cardinal émérite de l’archidiocèse de Kinshasa, a été inhumé le vendredi 21 Juillet 2021. Il a fallu l’aménagement des nouvelles cryptes au sein du temple de l’eucharistie pour rendre cela possible.

A cette occasion du troisième et dernier jour de ces cérémonies funéraires, une messe de suffrages a été dite avant l’inhumation, dans une ambiance et affluence que la Cathédrale Notre-Dame du Congo n’a jamais connues auparavant, d’après certaines affirmations.  Les fidèles catholiques de Kinshasa et d’autres venus d’ailleurs sont venus nombreux rendre un dernier hommage à cet éminent pasteur.

Les Présidents Félix Tshisekedi (en masque noir) et Denis Sassou N’Guesso (en masque bleu), s’entretenant avec le Cardinal Fridolin Ambongo dans l’enceinte de la Cathédrale Notre Dame du Congo. (Photo droits tiers)

L’archevêque de Ouagadougou, Philippe Ouédraogo, qui a officié la messe, a centré son homélie du jour autour de l’œuvre de cet évêque hors-paire qui a lutté toute sa vie pour l’épanouissement de l’Eglise du Christ et a contribué à la vulgarisation de l’Evangile pour le bien des peuples du monde, renseigne une dépêche de la Cellule de Communication de la Présidence de la République.

Les témoignages des différents princes de l’Eglise et ceux de plusieurs politiques, ajoute la dépêche, ont présenté Laurent Monsengwo comme l’exemple vivant de la société moderne et un fervent défenseur des valeurs positives. « Il a consacré sa vie à l’œuvre pastorale pour sauver les âmes et faire profiter à d’autres chrétiens son expérience de la foi », a-t-on révélé.

Présents aussi les cardinaux du Nigeria et même du Rwanda ainsi que les présidents et vice-présidents des Conférences épiscopales du Tchad et du Congo-Brazzaville. Tous voulaient pouvoir rendre hommage à Laurent Monsengwo.

A noter que la veille de cette inhumation, soit le mardi 20 Juillet, une cérémonie grandiose a eu lieu au parvis du Palais du peuple où une grande messe a été célébrée par le Cardinal Ambongo. Au cours de cette cérémonie solennelle, le cardinal Monsengwo a reçu, à titre posthume, la médaille de Grand Cordon des ordres nationaux Kabila-Lumumba décernée par le président Félix-Antoine Tshisekedi en présence de son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso.

Lire également https://lesnews.cd/2021/07/20/rdc-mgr-monsengwo-admis-dans-lordre-des-heros-nationaux-kabila-lumumba-sous-un-sermon-severe-de-fridoli-ambongo/

Décédé le 11 juillet à Versailles, en France, et rapatrié à Kinshasa une semaine après,  Mgr Laurent Monsengwo a souvent représenté l’Afrique. Il est devenu en effet président du symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar dès 1997. Il a aussi été choisi comme représentant de l’Afrique pour épauler le pape François dans la réforme de la curie romaine. Le Pape a d’ailleurs transmis un message de condoléances pour saluer l’homme de science, le grand homme spirituel ou encore « ce pasteur intensément dévoué au service de l’Église ».

Laisser un commentaire