RDC : Deux importantes réunions de sécurité se sont tenues au Palais de la Nation

RDC : Deux importantes réunions de sécurité se sont tenues au Palais de la Nation

Le jeudi 29 Juillet 2021, le Palais de la Nation a servi de cadre à deux réunions importantes sous la conduite du Président Tshisekedi. Les ambassadeurs des pays occidentaux ont été les premiers à conférer avec le Chef de l’Etat Congolais, avant que ce dernier préside le Conseil supérieur de la défense élargi. Les questions sécuritaires ont été au centre de ces rencontres.

Le Président de la République démocratique du Congo, Rdc, Félix Tshisekedi,  a présidé sous sa casquette de Commandant suprême des forces armées et de la police nationale, le Conseil supérieur de la défense élargi.

Autour du Chef de l’Etat Congolais étaient réunis à cet effet, les responsables civils et militaires des services de défense et de sécurité ainsi que le Premier Ministre, le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères ainsi que les ministres de la Défense et du Budget.

Il faut retenir que c’est la première réunion de cette instance sécuritaire élargie près d’un mois après la tournée d’inspection du Chef de l’Etat dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri sous administration militaire suite à l’instauration de l’état de siège. D’autres détails dans nos prochaines livraisons.

Avant la réunion du Conseil supérieur de la Défense, Félix Tshisekedi a conféré toujours au Palais de la Nation avec les Ambassadeurs des USA, de la France, du Royaume-Uni, de la Belgique, la cheffe de la Monusco, ainsi que le Ministre de la défense et le Chef d’état major des FARDC.

Et d’après une dépêche de la Cellule de communication présidentielle, les échanges entre le Président Congolais et ses hôtes ont porté sur les sujets sécuritaires et notamment l’accélération des actions pour stabiliser l’Est de la RDC. Les diplomates ont apporté leurs soutiens aux efforts menés par les autorités congolaises pour instaurer une paix durable à l’Est du pays.

Toutes ces réunions se tiennent à un moment particulièrement préoccupant, où la Rdc est secouée par plusieurs questions politiques qui divisent les Congolais. Il s’agit notamment du projet de loi dit « Tshiani » sur le verrouillage des postes de souveraineté ainsi que la désignation des délégués des plateformes politiques, des Confessions religieuses et de la Société civile pour la Commission électorale nationale indépendante, CENI, dans la perspective des élections devant se tenir en 2023.