Vaccination anti Covid-19 : L’UA sous la présidence de la RDC en voie de relever un grand défi

Vaccination anti Covid-19 : L’UA sous la présidence de la RDC en voie de relever un grand défi

La nouvelle est très intéressante pour le continent Africain qui accuse un retard de vaccination de ses populations par rapport aux autres continents. Une des solutions évoquées pour booster la vaccination dans le continent était que la production de ces vaccins se fassent sur place. Une position qui était solidement soutenue entre autres par le Chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi, Président en exercice de l’Union Africaine, UA. Un vœu qui devient une réalité, avec la production au pays de Cyril Ramaphosa,  le champion de la lutte anti-COVID, des plusieurs millions des vaccins américains à injection unique de Johnson & Johnson, dans le cadre de  l’UA/African Vaccine Acquisition Trust, AVAT.

Le début des expéditions mensuelles de vaccins acquis dans le cadre de l’AVAT au profit des États membres de l’UA aujourd’hui débute incessamment. Cette initiative des États membres de l’UA pour mettre en commun leur pouvoir d’achat, l’AVAT, avait signé le 28 mars 2021 l’accord historique pour l’achat de 220 millions de doses du vaccin COVID-19, avec le potentiel de commander 180 millions de doses supplémentaires. Le vaccin américain Johnson & Johnson a été sélectionné pour ce premier approvisionnement groupé pour trois raisons : tout d’abord, en tant que vaccin à injection unique, il est plus facile et moins cher à administrer ; deuxièmement, le vaccin a une longue durée de conservation et des conditions de stockage favorables. Enfin et surtout, le vaccin est en partie fabriqué sur le continent africain, les activités de conditionnement et de finition ayant dans les installations d’Aspen Pharmacare à Gqeberha en Afrique du Sud.

Production des vaccins dans une usine pharmaceutique. (Photo droits tiers)

Pour le président sud africain Ramaphosa, proclamé  comme « le champion de la lutte anti-COVID,  « Il s’agit d’un pas en avant capital dans les efforts de l’Afrique pour protéger la santé et le bien-être de sa population. En travaillant ensemble et en mettant en commun leurs ressources, les pays africains ont pu sécuriser des millions de doses de vaccins produites ici même en Afrique. Cela donnera un élan à la lutte contre le COVID-19 à travers le continent et jettera les bases de la reprise sociale et économique de l’Afrique ».

Le 5 août, les premiers envois mensuels arriveront dans plusieurs États membres, et les envois se poursuivront pour un total de 6,4 millions de doses expédiées en août. Les expéditions mensuelles se poursuivront et augmenteront de manière continue, avec un objectif de livraison de près de 50 millions de vaccins avant la fin décembre. D’ici janvier, le nombre de vaccins distribués dépassera les 25 millions par mois. En collaboration avec l’Africa Medical Supplies Platform (AMSP), l’UNICEF fournit des services logistiques et de livraison aux États membres.

Pour plusieurs observateurs donc, cette acquisition de vaccin est une étape unique pour le continent africain. C’est la première fois que l’Afrique entreprend une passation de marchés de cette ampleur impliquant tous les États membres. C’est également la première fois que les États membres de l’UA achètent collectivement des vaccins pour protéger la santé de la population africaine – 400 millions de vaccins suffisent pour immuniser un tiers de la population africaine et amener l’Afrique à mi-chemin vers son objectif continental de vacciner au moins 60 % de la population. Les donateurs internationaux se sont engagés à fournir la moitié restante des doses requises dans le cadre de l’initiative COVAX.

LesNews.Cd/BanqueMondiale.Org