RDC : Une révolution attendue bientôt dans l’immatriculation des véhicules

RDC : Une révolution attendue bientôt dans l’immatriculation des véhicules

La République démocratique du Congo, RDC, est en voie de vivre pour la énième fois, le renouvellement de l’immatriculation du parc automobile du pays. Du moins, si la proposition du Consortium Uniplaques  faite aux autorités congolaises depuis juillet dernier aboutissait. Une véritable révolution compte tenu des caractéristiques de cette opération, dont Kinshasa la capitale sera le porte-étendard avec ses 8 millions des véhicules, tout type compris.

Si la proposition est retenue, la RDC se doterait d’une sorte de guichet unique physique et techno-numérique à l’échelle nationale pour l’automobile. La solution serait accessible à chaque citoyen dans tout le pays (26 provinces). Au terme du processus, la division véhicule de la DGI, sera  transformée en un Guichet Unique Automobile moderne par le biais d’un Contrat de partenariat public privé (PPP).

Consortium de gestion en partenariat avec Muehlbauer (Allemagne), SONILOGA (Niger), FTS (Groupe Magic Software), Uniplaques compte intégrer la reconnaissance automatisée des plaques minéralogiques selon la LAPI (Lecture automatique des plaques d’immatriculation).

Le projet consiste en la numérisation du système d’immatriculation et d’acquisition des documents sécurisés, les certificats d’immatriculations délivrés actuellement dans l’administration en charge des transports terrestres à l’échelle provinciale et centrale ne répondant  plus aux normes conventionnelles dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.

De plus, une base de données unique permettrait un meilleur suivi du parc automobile, la prévention du vol e et la célérité dans la délivrance des documents.

Le retard actuel (3 mois pour dédouaner et immatriculer un véhicule) et les tracasseries dans l’obtention desdits documents alimentent un marché noir florissant, composante de la criminalité urbaine. La plaque d’immatriculation coûte 100 à 200% plus chère dans le marché noir.

L’éparpillement des bureaux des services officiels dans la ville, à savoir la Division des véhicules de la direction générale des impots ( DGI ) ou l’autorité de délivrance, la DGDA et le bureau des fraudes douanières, les banques, les assurances, etc., rendent le circuit d’immatriculation complexe et fastidieux.

Avant de déployer sa solution, Uniplaques dit avoir conduit une étude d’une année.  Avec une population  de 80  millions de personnes et un taux de croissance estimé à deux millions de nouveau-nés par an, la RDC ajoute à sa démographie une masse équivalente à celle de certains pays africains comme le Zimbabwe et la Zambie tous les dix ans. Ce taux constant implique une augmentation des mobilités, des mouvements de personnes et de marchandises dans un avenir proche.

D’où l’épineuse question de l’identification des véhicules. L’immatriculation de tous les patrimoines automobiles  (bateaux, voitures, camions, avions, remorques, motos, et autres) est un enjeu de développement. Or depuis l’indépendance, aucun système fiable n’a existé en TDC.

La solution proposée par Uniplaques est une transformation numérique conforme à la vision du Chef de l’État, Felix Tshisekedi, de lutter contre la corruption et au Plan National du Numérique Horizon 2025.

L’objectif, du Guichet unique est de raccourcir les délais en passant de 3 mois  en moyenne pour sortir un véhicule, à 10 jours au maximum.

LesNews/Financialafrik

Laisser un commentaire