Polémique autour des pays invités par Joe Biden dont la RDC à son Sommet sur la démocratie

Polémique autour des pays invités par Joe Biden dont la RDC à son Sommet sur la démocratie

Au total 110 pays du monde au nombre desquels 17 africains sont invités par le locataire de la Maison Blanche, Joe Biden, à un sommet virtuel pour la démocratie qui se tiendra en distanciel les 9 et 10 décembre prochain. Selon des sources diplomatiques proches du département d’état américain, cette manifestation traitera trois grandes thématiques : défense contre l’autoritarisme, lutte contre la corruption et combattre et promouvoir le respect des droits de l’homme.

Les dirigeants du monde invités « seront encouragés à annoncer des actions et des engagements spécifiques », et ce, dans l’optique de faire progresser la démocratie dans leurs pays. C’est ce qu’affirme le Département américain qui a publié la liste des pays invités.

Concernant les participations, le Président américain a invité quelque 110 pays dont seulement 17 du continent africain : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Cap-Vert, République démocratique du Congo, Ghana, Kenya, Liberia, Malawi, Maurice, Namibie, Niger, Nigeria, Sao Tome & Principe, Sénégal, Seychelles et Zambie.

Vive polémique

Cette liste qui est loin de faire l’unanimité, révèle notamment qu’en Afrique subsaharienne, des pays comme le Bénin où l’alternance démocratique est une règle depuis de nombreuses années ne figure pas sur la liste des invités, notent certains observateurs.

De même, on note l’absence de tous les pays d’Afrique du nord: Algérie, Libye, Maroc et Tunisie, mais aussi de l’Egypte. D’ailleurs, l’Irak est le seul pays arabe de la planète à être invité par Joe Biden.

De même, les pays du Golfe: Arabie Saoudite, Qatar, Emirats-Arabes Unis,… ont été zappés Idem pour la Turquie, pourtant alliée des Etats-Unis au sein de l’OTAN, qui ne figure pas parmi les invités de Joe Biden. Un fait nouveau et insolite, le Président américain a ainsi zappé les alliés historiques des États-Unis.

Enfin, la Chine, principal rival des Etats-Unis, n’est pas invitée à ce sommet, alors que Taïwan l’est, suscitant la condamnation chinoise.

La Russie aussi, absente de cette liste, a vivement réagi. Pour le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, «les États-Unis préfèrent créer de nouvelles lignes de division, diviser les pays en bons, selon eux, et mauvais, selon eux».

Bref, le Président américain a attribué l’étiquette de démocratie selon ses critères et a recalé de nombreux pays, envoyant un signal sur les efforts à faire en matière de démocratie et du respect des droits de l’homme.

A noter qu’à l’occasion du dernier G20 en Italie, le Président américain Joe Biden avait, lors de sa première rencontre avec le Président congolais Tshisekedi, avait vivement salué les efforts de son homologue pour promouvoir la transparence, lutter contre la corruption et respecter les droits de l’homme dans la manière dont la RDC gère ses vastes ressources naturelles.

LesNews/PressAfrik