Affaire Jean-Marc Kabund : L’AE s’active pour le retour de la paix

Affaire Jean-Marc Kabund : L’AE s’active pour le retour de la paix

Le vendredi 14 janvier 2022, en début d’après-midi, Jean-Marc Kabund-a-Kabund a annoncé sur son compte Twitter sa démission du poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Et depuis, des voix se lèvent de toute part en réaction à cette décision aux conséquences non-négligeables. L’Action pour un Etat de droit, AE, tire la sonnette d’alarme tout en prônant le retour à la paix dans la famille politique au pouvoir.

Tout a basculé le jeudi 13 Janvier dernier. A la suite d’une altercation dans la journée sur la voie publique entre les gardes de Jean-Marc Kabund et un élément de la Garde républicaine, GR. Ce dernier se verra arraché son arme et conduit sans ménagement manu-militari à la Haute cour militaire. Le soir, quelques éléments de la GR feront une descente punitive à la résidence du 1er Vice-Président de l’Assemblée nationale, en l’absence de ce dernier. Biens saccagés, policiers de gardes trouvés sur place désarmés et arrêtés, enfants et membres de la famille traumatisés…. Les vidéos virales de toutes ces scènes tant de la journée que du soir ont fait le tour de la toile en provoquant une désolation indescriptible.

Dans son message publié le lendemain en réaction, soit le 14 Janvier, Jean-Marc Kabund annonce sa démission de son poste du 1er Vice-Président de la Chambre basse du Parlement congolais, une fonction qui a permis à cet homme de jouer un rôle stratégique, notamment dans la gestion de l’Union sacrée, la coalition de Félix Tshisekedi. L’homme, également président par intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS, le parti présidentiel au pouvoir, ne livre aucune explication. Mais il promet aux militants, qu’il poursuivra le combat. « Ainsi s’ouvre une nouvelle page de l’histoire, qui sera écrite avec la sueur de notre front, qui coulera chaque jour qu’on affrontera les brimades, humiliations et tortures… », a-t-il écrit en substance.

Il n’est pas exclu que Jean-Marc Kabund revienne à sa décision face à la réaction de certains membres de l’UDPS notamment, qui n’avalisent pas cette démission.

Attention à la distraction politique

Avec des objectifs bien définis, notamment la concrétisation du concept  » le Peuple d’abord  » cher notamment au Président Tshisekedi, l’Action pour un Etat de droit, AE, souligne que cette concrétisation passe par l’établissement d’un Etat de droit basé sur le respect de la Constitution, laquelle définit les droits et devoirs de tout citoyen.

Jean-Marie Elesse Bokokoma, président du Rassemblement pour la Reconstruction de la RD. Congo, « RRC ». (Photo droits tiers)

Dans un message parvenu à la rédaction de votre média, signé par Jean-Marie Elesse, un des fondateurs de ce regroupement politique en herbe qu’est l’AE, il est souligné d’entrée de jeu que l’UDPS est un Parti qui a véhiculé cette idéologie depuis plus de 4 décennies et aujourd’hui étant au pouvoir, est donc dans l’obligation de se battre pour que son combat et ses martyrs soient honorés.
 » Pour continuer ce combat, poursuit le message, les combattants de la liberté et du bien-être des congolais ont décidé de s’unir autour d’un Rassemblement, AE, et d’un discours, Union Sacrée de Peuple, pour amener le Peuple congolais à la réélection du Président Félix Tshisekedi à la prochaine élection Présidentielle avec JM Kabund wa Kabund comme locomotive de ce grand charriot politique « .

Que faire maintenant que la distraction politique prend aujourd’hui le devant pour contrecarrer ce plan mobilisateur du bien être du peuple congolais ? Peut-on s’interroger.

A cette préoccupation profondément interpellatrice, l’AE répond en trois points essentiels comme suit, toujours dans son message :

  • Gardez le calme pour ne pas perdre les objectifs du regroupement;
  • Ramenez la réconciliation entre JM Kabund et les faucons de la Présidence autour de l’institution Président de la république;
  • Faire remarquer aux uns que le pouvoir n’est incarné que par une seule Personne en l’occurrence le Chef de l’Etat, et aux autres que l’idéal qui est le moteur de la lutte est toujours défendu par un gardien vigilant, le Chef du parti au pouvoir pour ne pas le citer. Chacun mérite respect dans ses prérogatives.

Pour terminer, l’AE dans son message déclare que ses ténors militent activement pour ramener la paix dans la famille.  » Ce, pour qu’ensemble un travail de fond soit mener en faveur du peuple congolais et que demain triomphe aux élections  » Fatshi Beton « . Et que ce combat soit celle de la génération présente « .