Insécurité à l’Est : La logique jusqu’au boutiste de Tshisekedi

Insécurité à l’Est : La logique jusqu’au boutiste de Tshisekedi

Le Chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi réitère son engagement à éradiquer l’insécurité dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, RDC. C’est dans un entretien accordé au journal Le Soir de Belgique le mercredi 16 Mars dernier, que le Président congolais s’est encore exprimé à ce sujet. Ce, alors que les provinces de l’Ituri et du Nord-kivu, sous état de siège depuis mai 2021, font toujours l’objet d’attaques des groupes rebelles.

Le dimanche 13 Mars, Christophe Munyanderu, coordonnateur de l’ONG-DH Convention pour le Respect des Droits Humains, CRDH, antenne d’Irumu, a annoncé que 52 personnes sont mortes lors d’une double attaque menée par les rebelles ougandais des ADF.

Le Président Félix Tshisekedi avec la journaliste belge Colette Braekman du journal
Le Soir, le mercredi 16 Mars 2022 à Bruxelles. (Photo droits tiers)

Cette insécurité qui sévit dans l’Est de la RDC ne semble pas altérer l’engagement de Félix Tshisekedi à « ramener la paix » dans cette partie du pays. « Résoudre les problèmes sécuritaires, c’est mon obsession et je suis déterminé à ramener la paix. C’est pour cela que j’ai voulu mutualiser les opérations et impliquer les pays voisins, ce qui nous a amenés à lancer des opérations avec l’armée ougandaise contre les ADF (Allied Democratic Forces, qui sévissent dans l’Ituri (…) Je veux faire de cette région de l’Est un havre de paix et de développement, elle a tous les atouts pour cela. Je ne veux pas que l’on donne la haine en héritage aux générations à venir », a-t-il ainsi déclaré à nos confrères du journal Le Soir.

A noter que le groupe rebelle Allied Democratic Forces, ADF, sème la terreur depuis 2014  dans l’Est de la RDC et en Ouganda, où il combat Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 36 ans. Ce groupe rebelle et d’autres mouvements insurrectionnels au Burundi et au Rwanda déstabilisent l’élan du développement de la région des Grands lacs. Dans ce contexte, le 11ème sommet du Mécanisme Régional de Suivi de l’Accord cadre d’Addis-Abeba est prévu au mois d’avril à Gitega, au Burundi. Il servira de cadre d’échange entre les dirigeants de cette région sur l’épineuse question de « la sécurité ». Une autre rencontre entre Félix Tshisekedi et le Président rwandais Paul Kagame est par ailleurs prévue en Jordanie pour échanger sur la sécurité dans la région des Grands Lacs. Alors que l’absence de Paul Kagame lors du 10ème sommet de cette organisation le 24 Février à Kinshasa  a suscité beaucoup de polémique.