RDC-Ouganda : Quoi retenir de l’évaluation des opérations militaires conjointes contre les ADF ?

RDC-Ouganda : Quoi retenir de l’évaluation des opérations militaires conjointes contre les ADF ?

Le week-end dernier à Bunia, dans la province de l’Ituri, le Chef d’Etat-major de l’Armée congolaise, le général Munsense Celestin et son homologue ougandais, le général Wilson Mbandi, ont procédé à l’évaluation de l’opération militaire conjointe menée par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARRDC, et de l’UPDF de l’Ouganda. C’était le menu au centre de ces échanges stratégiques dans cette partie de l’Est de la RDC.

Dans le communiqué de presse rendu public notamment du côté ougandais, on peut retenir en substance qu’au cours de ce tête-à-tête, les deux hommes ont évalué les différents « progrès de l’opération conjointe UPDF-FARDC Shujaa en RDC dans la province orientale de l’Ituri et la province du Nord-Kivu contre les Forces démocratiques alliées, ADF ».

Des officiers des Forces armées de la RDC et de l’Ouganda en Ituri (Photo droits tiers)

Depuis le 30 novembre dernier, l’armée ougandaise et l’armée congolaise combattent ensemble les rebelles des Forces démocratiques alliées, en territoire Beni, dans la province du Nord-Kivu, à la suite d’un feu-vert donné par le Président congolais, Félix Tshisekedi. Parmi les progrès de cette mutualisation des efforts figurent « le démantèlement et contrôle de tous les bastions ADF (Kambi Ya Jua, Mapipa, Belu 1 et 2 et Zunguluka) par les Forces conjointes ainsi que le retour des personnes déplacées internes (PDI) dans leurs foyers dans les zones libérées », se réjouissent les deux forces armées.

Selon le communiqué de presse, la prochaine phase de l’opération conjointe consistera à assurer la sécurité des travaux routiers sur les axes Kasindi-Beni-Butembo et Bunagana-Rutshuru-Goma entre autres. Elle sera aussi l’occasion de « neutraliser les rebelles, en entravant leur campagne de recrutement et d’entraînement, en déconnectant le réseau de communication et de coordination de l’ennemi avec d’autres forces négatives dans la région ». Par ailleurs, sur la question de la durée des opérations, les deux parties ont souligné « la nécessité de tenir compte des délais impartis » dans l’exécution de leurs missions.

LesNews/Afrik