Ituri : Un nourrisson de 4 mois parmi les personnes massacrées

Ituri : Un nourrisson de 4 mois parmi les personnes massacrées

Une violente attaque qui a visé des creuseurs d’une mine d’or artisanale, en Ituri, a encore endeuillé le Nord-Est de la République Démocratique du Congo, RDC. Au moins 36 personnes ont été tuées dans cet assaut des rebelles qui a eu lieu ce dimanche, dans une mine d’or artisanale.

D’après les témoignages, des rebelles appartenant au groupe armé Coopérative pour le développement du Congo, Codeco, ont attaqué le carré minier de Blankete en tuant 36 personnes dont un nourrisson de 4 mois.

Parmi les victimes, apprend-on encore, on dénombre six personnes calcinées qui ont été enterrées à Blankete. Les blessés ont été évacués, certains sont dans un état critique. Certains observateurs estiment que le bilan n’est que provisoire. Des recherches des corps continuent notamment dans des puits d’or ou d’autre creuseurs auraient été jetés après avoir été abattus. Plusieurs jeunes du coin sont ainsi actifs dans ces recherches.

Le Président Félix Tshisekedi qui se trouve à l’étranger pendant ces événements, a, dans un message livré par ses services, «  condamné avec fermeté ce crime répugnant et odieux », et a présenté « ses condoléances les plus émues aux familles éplorées et réitère son engagement à éradiquer tout mouvement d’insurrection sur le sol congolais ».

L’Ituri, qui est sous état de siège depuis un an, est en proie à des violences récurrentes. Début avril, un Casque bleu de la MONUSCO avait été tué dans cette région. Un peu plus tôt, soit le 8 mars dernier,  pas moins de dix-huit personnes avaient été abattues dans la localité Kilo-Mission par les mêmes miliciens de la Codeco, lesquels opèrent avec toutes sortes d’armes, notamment armes à feu et de machettes.

Ces tueries du dimanche en Ituri sont venues encore alimenter les critiques des anti Etat de siège contre les autorités congolaises. Ce, alors qu’une autre opinion note de progrès notables à l’Est, notamment à Beni, dans le sens de la paix, suite à l’Etat de siège entre autres

A noter aussi que la première phase des consultations de Nairobi entre les officiels congolais et les groupes armés et qui a pris fin le 27 Avril, a vu quelques absents de taille. Le chef du groupe Mayi-Mayi Yakutumba, actif au Sud-Kivu, a décliné l’invitation des autorités. Les miliciens de la Codeco, malgré qu’ils ont été approchés, ne se sont pas joints à Nairobi.