Kamerhe : Ce qui se dit déjà…

Kamerhe : Ce qui se dit déjà…

Le leader de l’Union pour la nation congolaise, UNC, Vital Kamerhe, sera le mercredi 11 Mai devant les juges pour la reprise de son procès. Ce, quelques jours seulement après l’annulation de sa condamnation par la Cour de cassation, soit le 11 Avril. Un scénario domine certains esprits, surtout après l’événement de ce mardi 10 Mai à la Cour Constitutionnelle.

Le procès de Vital Kamerhe reprend le mercredi 11 Mai 2022. A la Cour Constitutionnelle, le tirage au sort a éjecté le professeur Dieudonné Kaluba ce mardi 10 Mai. Ce dernier, alors Avocat de la République, avait joué un rôle de premier plan lors du procès ayant abouti à la condamnation de Kamerhe à 20 ans de prison. Une certaine opinion refuse carrément de voir en cela une simple coïncidence.
 
Lire également : https://lesnews.cd/2022/05/10/video-dieudonne-kaluba-tombe-par-tirage-au-sort-dieudonne-kamuleta-nouveau-president-de-la-cour-constitutionnelle/

Condamné à 20 ans de prison ferme en première instance, en juin 2020, l’ancien directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi a, dans un premier temps, vu sa peine réduite à 13 ans en appel, en juin 2021. Non satisfaite, la défense de Vital Kamerhe a porté l’affaire devant la Cour de cassation qui a rendu son verdict, le lundi 11 avril 2022. Il est peut-être l’heure pour le leader de l’UNC de recouvrer toute sa liberté.
 
La décision de la Cour d’appel a été invalidée et l’affaire renvoyée devant de nouveaux juges pour être réexaminée sur le fond. La Cour de cassation a appuyé sa décision sur le fait que le juge d’appel a «violé le droit de la défense de M. Kamerhe». Une semaine après cette décision de la Cour de cassation, Vital Kamerhe, qui séjournait en France depuis janvier pour raisons de santé, foulait le sol congolais.
 
Est-ce la délivrance ?
 
La réouverture de ce procès pourra peut-être enfin permettre de connaître la vérité sur une affaire qui, tout au long de son développement, a soulevé beaucoup des passions. L’image qui est restée vive dans l’opinion à l’occasion de cet épisode, est celle d’un directeur de Cabinet du Président de la République naguère très puissant, mais rendu tout petit en quelques heures, à partir de cette fameuse convocation du juge, le 8 avril 2020.
 
Pour certains observateurs, il est difficile de ne pas voir dans le timing de la mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe le 6 décembre 2021, l’annulation de sa condamnation en appel le 11 avril 2022, des motivations presque politiques.
 
La tentation semble alors grande dans ces conditions chez certains, de croire que l’heure de l’acquittement de Vital Kamerhe a sonné. Mais, la balle est encore dans le camp de la justice pensent d’autres, les plus sceptiques.  Qui vivra verra donc !