Corruption-RDC : Glencore plaide coupable dans la manipulation des prix des matières premières

Corruption-RDC : Glencore plaide coupable dans la manipulation des prix des matières premières

D’après un document publié par le Bureau des affaires publiques du Département de la Justice des USA, les autorités pénales et civiles des États-Unis, du Royaume-Uni et du Brésil viennent de réussir des plaidoyers de culpabilité touchant Glencore, entreprise basée en Suisse. Cette dernière a plaidé coupable à des stratagèmes de corruption transnationale et de manipulation du marché. Il est révélé dans ce document que plus de 100 millions de dollars ont été mis à la disposition des intermédiaires tiers, dans le but notamment de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires au Nigéria, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Guinée équatoriale, au Brésil, au Venezuela et en République démocratique du Congo, RDC.

Les accusations dans cette affaire qui fait l’objet d’une enquête par le FBI concernant les violations des pratiques de corruption à l’étranger, FCPA, découlent d’un stratagème d’une décennie mis en place par Glencore et ses filiales pour effectuer et dissimuler des paiements corrompus et des pots-de-vin par le biais d’intermédiaires au profit de fonctionnaires étrangers dans plusieurs pays, peut-on lire dans ce document. L’entreprise incriminée accepte pour cela de payer plus de 1,1 milliard de dollars pour résoudre les enquête ssur les violations des pratiques de corruption à l’étranger et un système de manipulation des prix des matières premières., souligne-ton encore.

La condamnation dans l’affaire initialement prévue pour le 24 juin a été renvoyée au 3 octobre.

Le procureur général adjoint Kenneth A. Polite, Jr. de la division criminelle du ministère de la Justice déclare que dans l’affaire de corruption transnationale, Glencore International AG et ses filiales ont soudoyé des intermédiaires corrompus et des fonctionnaires étrangers dans sept pays pendant plus d’une décennie. Dans le stratagème de manipulation des prix des matières premières, Glencore Ltd. a sapé la confiance du public en créant une fausse apparence d’offre et de demande pour manipuler les prix du pétrole.

« La portée de ce stratagème de corruption criminelle est stupéfiante », a déclaré de son côté le procureur américain Damian Williams pour le district sud de New York. « Glencore a versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats pétroliers. Glencore a versé des pots-de-vin pour éviter les audits gouvernementaux. Glencore a soudoyé des juges pour faire disparaître les poursuites. Au fond, Glencore a versé des pots-de-vin pour gagner de l’argent – ​​des centaines de millions de dollars. Et il l’a fait avec l’approbation, voire les encouragements, de ses cadres supérieurs… », a-t-il renchérit.

« La manipulation des prix du marché par Glencore menaçait non seulement un préjudice financier, mais sapait la confiance des participants dans le fonctionnement équitable et efficace des marchés des matières premières sur lequel nous comptons tous », a déclaré l’avocate américaine Vanessa Roberts Avery du district du Connecticut. « Ce plaidoyer de culpabilité, et la sanction financière substantielle encourue, est une conséquence appropriée pour la conduite criminelle de Glencore, et nous sommes heureux que Glencore ait accepté de coopérer à toutes les enquêtes et poursuites en cours concernant leur inconduite, et de renforcer son programme de conformité… ».

« Les plaidoyers de culpabilité d’aujourd’hui par les entités de Glencore montrent qu’il n’y a pas de place pour la corruption et la fraude sur les marchés internationaux », a déclaré le directeur adjoint Luis Quesada de la division des enquêtes criminelles du FBI. « Glencore s’est engagé dans des complots de corruption et de manipulation des prix de longue date, ce qui a finalement coûté à l’entreprise plus d’un milliard de dollars d’amendes. Le FBI et nos partenaires chargés de l’application de la loi continueront d’enquêter sur les activités financières criminelles et s’efforceront de restaurer la confiance du public dans le marché ».

Un siège de Glencore (Photo droits tiers)

« L’idée d’un commerce équitable et honnête est à la base du commerce américain. C’est une insulte à nos traditions et valeurs communes lorsque des individus et des entreprises utilisent leur pouvoir, leur richesse et leur influence pour jouer injustement en leur faveur… Le plaidoyer de culpabilité qui en a résulté par Glencore Limited démontre la ténacité du service d’inspection postale des États-Unis et de ses partenaires chargés de l’application de la loi à tenir pour responsables les criminels qui tentent de s’enrichir en sapant les forces de l’offre et de la demande », a déclaré l’inspecteur en chef des postes Gary Barksdale du US Postal Inspection Service. « ».

L’affaire FCPA

Selon des aveux et des documents judiciaires déposés dans le district sud de New York, Glencore, agissant par l’intermédiaire de ses employés et agents, s’est engagé dans un stratagème pendant plus d’une décennie pour payer plus de 100 millions de dollars à des intermédiaires tiers, tout en ayant l’intention qu’une partie importante de ces paiements seraient utilisés pour verser des pots-de-vin à des fonctionnaires au Nigéria, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Guinée équatoriale, au Brésil, au Venezuela et en RDC.

Entre 2007 et 2018 environ, Glencore et ses filiales ont causé environ 79,6 millions de dollars de paiements à des sociétés intermédiaires afin d’obtenir des avantages indus pour obtenir et conserver des affaires avec des entités publiques et contrôlées par l’État dans quelques pays africains.

En RDC, révèle toujours ce document, Glencore a admis avoir comploté et avoir offert et payé par corruption environ 27,5 millions de dollars à des tiers, tout en ayant l’intention qu’une partie des paiements soit utilisée comme pots-de-vin aux fonctionnaires de la RDC, afin d’obtenir des avantages commerciaux indus.  

L’affaire FCPA est poursuivie par les procureurs de première instance Leila Babaeva et James Mandolfo de la section des fraudes du ministère de la Justice, le procureur de première instance Michael Khoo de la section du blanchiment d’argent et du recouvrement des avoirs du ministère de la Justice et les procureurs américains adjoints Michael McGinnis et Juliana Murray du district sud de New York. L’affaire fait l’objet d’une enquête par le FBI. L’initiative Kleptocracy Asset Recovery est dirigée, conclut le document, par une équipe de procureurs dévoués de la section du blanchiment d’argent et du recouvrement des avoirs de la division criminelle, en partenariat avec les agences fédérales d’application de la loi, et souvent avec les bureaux des procureurs américains, pour confisquer le produit de la corruption d’agents étrangers et, le cas échéant, utiliser ces avoirs récupérés au profit des personnes lésées par ces actes de corruption et d’abus de pouvoir.