Elections législatives et locales au Congo : Résultats sans surprise !

Elections législatives et locales au Congo : Résultats sans surprise !

Les Congolais étaient aux urnes le dimanche 10 juillet pour renouveler l’Assemblée nationale et les conseils départementaux, dans le cadre d’un double scrutin législatif et local. Les résultats officiels provisoires livrés ce vendredi 16 Juillet 2022 à la télévision publique par le ministre de l’Administration du territoire, Guy Georges Mbaka, confirment les prévisions des observateurs et les craintes des opposants.

Plus de 2000 candidats étaient en lice pour se disputer 151 sièges du Parlement. Le Parti congolais du travail, PCT, du Président Dénis Sassou-N’Guesso avait aligné 127 candidats, contre 45 pour l’Union panafricaine pour la démocratie sociale, UPADS, la première formation de l’opposition et 32 pour l’Union des démocrates humanistes, UDH-Yuki, du défunt opposant Guy-Brice Parfait Kolélas.
Cependant, la Fédération et le Collectif de l’opposition congolaise, dirigés respectivement par Clément Miérassa et l’ancien ministre des Finances Mathias Dzon, avaient opté pour le boycott.

Le PCT de Sassou-N’Guesso encore vainqueur

Après avoir remporté la présidentielle de 2021 avec son leader Dénis Sassou-N’Guesso, le PCT, parti au pouvoir, remporte déjà la majorité absolue des sièges du Parlement congolais.

D’après les résultats rendus publics mais contestés par l’opposition, le PCT , obtient 103 élus. Quelques candidats de ce parti au pouvoir restznt encore en ballottage pour le second tour prévu le 24 juillet. 27 sièges restant encore à pourvoir. ses alliés de la majorité dont le Rassemblement pour la démocratie et le progrès social, RDPS, le Mouvement pour l’action et le renouveau, MAR, ou encore le Club 2002-PUR, Parti pour l’unité et la république, renforcent cette majorité en remportant 13 sièges.

L’UDH-Yuki du défunt opposant Guy-Brice Parfait Kolélas a deux élus. Le parti «la Chaîne» de Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, qui se réclame également de l’opposition, a obtenu un siège.

« Le PCT a encore gagné parce que c’est un parti rassembleur qui ne connaît pas de problèmes ethniques », s’est félicité Serge Ikiemi, l’un des élus de ce parti au pouvoir. Ce que réfute l’indépendant Vivien Manangou qui a perdu face au PCT à Pointe-Noire : « Ces résultats ne sont pas du tout sortis des urnes. C’est la somme des mathématiques et arithmétiques des commissions locales », rapportent les médias locaux.

De son côté, la Coalition de la société civile «Tournons la page» affirme avoir constaté des « tricheries, des fraudes et des scènes de corruption à ciel ouvert », appelant les autorités à organiser des états généraux de la démocratie.