Mukwege assène un autre coup violent à Tshisekedi

Mukwege assène un autre coup violent à Tshisekedi

L’annonce du déploiement de la force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est, EAC,  dans l’Est de la RDC, a encore fait réagir vigoureusement le Docteur Dénis Mukwege contre le Président Félix Tshisekedi en exprimant clairement de craintes.  Alors que cette  force est attendue pour combattre les groupes armés actifs depuis plus de deux décennies dans cette partie trouble de la République démocratique du Congo, RDC. Cette position opposée est la énième que M. Mukwege prend contre les actions du pouvoir de Tshisekedi.

C’est dans un communiqué rendu public le mercredi 20 Juillet 2022, que le médecin congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, a exprimé ses craintes, sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC. « La diplomatie régionale du président  (Félix Tshisekedi Ndlr) nous mène objectivement vers une prolongation et une aggravation de l’instabilité » dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, a-t-il déclaré. « Nous sommes très circonspects  qu’au-delà du partenariat avec la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) le président de la République s’est engagé dans une coopération militaire bilatérale avec l’Ouganda depuis 6 mois et, plus récemment, dans un projet de coopération militaire régionale avec les Etats membres de l’EAC », a-t-il ajouté.

Dans sa position, Dénis Mukwege évoque une certaine insuffisance de transparence concernant  les questions fondamentales sur les règles d’engagement de la nouvelle force régionale, son mandat, ses objectifs, sa durée ou encore les responsabilités politique et juridique, lesquelles  « ne trouvent que des réponses opaques ». D’après lui, la superposition « de manière difficile et peu efficace » de ces différentes forces en RDC « ressemble à une chronique d’un chaos annoncé ».

Comme solution, le Prix Nobel de la Paix pense que la réforme profonde des Forces armées de la RDC, FARDC, des services de sécurité et la lutte contre l’impunité « sont les mesures les plus appropriées pour assurer la pacification et la stabilité durable de l’est de la RDC ».

A noter que c’est en avril 2022, que la RDC a rejoint le Burundi, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et le Soudan du Sud au sein de l’EAC. Et en Juin, suite à l’intensification notamment des combats entre les forces loyalistes congolaises et le groupe armé du M23 soutenu par le Rwanda, un sommet des dirigeants de l’EAC a décidé du déploiement en RDC de la force sous régionale en renfort aux FARDC, pour venir à bout des groupes armés. Le Président Tshisekedi aussi présent à ce sommet avait réussi à obtenir l’exclusion du Rwanda dans la composition de ladite force.