Expulsé du territoire congolais, le porte-parole de la Monusco fait déjà ses adieux

Expulsé du territoire congolais, le porte-parole de la Monusco fait déjà ses adieux

Dans une note du patron de la diplomatie congolaise, rendue publique ce mercredi 3 août 2022, Le gouvernement de la République Démocratique du Congo, RDC, a officiellement décidé d’expulser Mathias Gilmann, porte-parole de la mission des Nations Unies en Rd Congo, Monusco. Selon le document signé par Christophe Lutundula, vice-Premier ministre congolais en charge des Affaires étrangères, le départ de Mathias Gillmann doit se faire «dans le plus bref délai ». Et les choses semblent s’accélérer…

Mathias Gilmann, porte-parole de la mission des Nations Unies en Rd Congo, Monusco (Photo droits tiers)

« Le gouvernement considère que la présence de ce fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaise et la MONUSCO ». C’est ce que révèle ce document daté du 28 juillet et officiellement rendu public, ce mercredi 3 Août 2022. La décision intervient dans un contexte de tension entre des populations congolaises et la mission de l’ONU.

La semaine précédente a été très dure pour les casques bleus de la Monusco, des populations de l’Est du pays, notamment de Goma et ses environs, sont descendus dans les rues pour exiger le départ des Casques bleus qui, disent-ils, sont incapables de mettre fin aux exactions des groupes armés dans cette région. L’opinion en Rdc dans sa majeure partie qualifie carrément de négatif le bilan des 22 ans de présence de cette mission onusienne. L’incident du poste frontalier de Kasindi le dimanche 31 Juillet 2022, où de casques bleus de la Monusco revenant d’un congé en Ouganda, se sont permis de forcer la barrière pour entrer en Rdc, en provoquant une fusillade qui a emporté au-moins deux vies de paisibles congolais et fait plusieurs blessés graves. Le Président Félix Tshisekedi face à toutes ces réalités, a instruit gouvernement de diligenter une réunion avec la Monusco, en vue de réévaluer le plan de retrait de cette mission onusienne, pour répondre à la demande du peuple.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/08/02/tshisekedi-decide-de-precipiter-le-retrait-de-la-monusco-au-risque-et-peril/

Le Gouvernement congolais reproche concrètement à Mathias Gillmann de « déclarations indélicates et inopportunes » et considère que « la présence de ce fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaise et la Monusco en vue, non seulement du meilleur accomplissement du mandat confié à cette dernière  par le conseil de sécurité des Nations unies, mais aussi de faire aboutir le plan de transition aux fin de son retrait définitif de la RDC, d’ici à l’horizon 2024, comme convenu ».

Aux derniers instants, les informations parvenues à votre média renseignent clairement que Mathias Gillmann fait déjà ses adieux au niveau de la Monusco, et que son départ du territoire congolais peut intervenir à Tout moment, si ce n’est pas déjà fait. Les autorités onusiennes qui se retrouvent en mauvaise posture suite aux événements de ces derniers temps en Rdc, font profil bas en optant carrément de ne pas en rajouter qui pourrait assombrir davantage les relations avec la Rdc.