Rentrée scolaire : Parents et commerçants dans la tourmente

Rentrée scolaire : Parents et commerçants dans la tourmente

La rentrée scolaire 2022-2023 est fixée au 5 Septembre 2022 en République démocratique du Congo, RDC. C’est ce que le ministre de tutelle a annoncé cette semaine. Ainsi, les jours avant cette reprise des cours se comptent déjà à rebours. Le plus étrange est que les gens n’achètent pas les fournitures scolaires disponibles dans les marchés, comme ça a été le cas pour les années précédentes. Les commerçants sont inquiets, les acheteurs ne savent à quel saint se vouer. Le diable semble avoir élu domicile dans les bourses des parents.

Les Congolais en RDC vivent la gratuité de l’Enseignement primaire dans les établissements publics depuis plus d’une année scolaire. Une disposition constitutionnelle que le Président Félix Tshisekedi a réussi, bon gré, malgré, à mettre en œuvre alors que c’est depuis 2006 que cette mesure figure dans la Loi fondamentale du pays. Le but essentiel étant de favoriser l’accès à tous les enfants à l’enseignement de base. Les familles devaient en être les plus grandes bénéficiaires par un soulagement budgétaire, l’argent destiné depuis aux frais scolaires devait normalement être redirigé vers d’autres priorités.

Alors, si cette gratuité a permis que plus de deux millions d’enfants retrouvent le chemin de l’école, une aubaine pour le pays, les ménages congolais continuent d’être l’essoufflés, les prix des fournitures scolaires et autres nécessaires demeurant toujours hors de la portée de bourses de la plupart des familles.

Uvira, Kinshasa, Lubumbash,… réalités voisines

A quelques jours de la reprise des cours prévue le 5 septembre, pour l’année scolaire 2022-2023, de parents qui se sont prononcés par-ci par-là se plaignent ne pas disposer assez des moyens pour préparer cette rentrée, et les commerçants de leur côté clament que les fournitures scolaires ne sont pas abondamment achetées comparativement aux années précédentes.

« Nos salaires sont insuffisants et pas à la hauteur… », « Les affaires ne marchent pas bien… », « L’Etat devait aussi alléger les parents dans les dépenses de fournitures scolaires… », sont les principales déclarations sui reviennent chez les parents.

Certains enfants au vu de l’incapacité de leurs parents à leur assurer les fournitures scolaires, s’adonnent carrément dans le petit commerce et à de coups de mains, pour gagner un peu d’argent pouvant les aider à suppléer à la faiblesse parentale. C’est le cas par exemple à Kinshasa et à Lubumbashi

A Uvira dans la province du Sud-Kivu, Kalisa Mujeje, vendeuse d’uniformes dans le marché Maendeleoà Uvira, se plaint que la fréquentation est énormément lente « J’ai apporté quelques uniformes aujourd’hui, mais les gens en achètent à petit nombre. Je gagne tout au plus 30 dollars par jours. Contrairement à l’an dernier, je serais déjà en train de vendre une grande quantité par jour ».

Pour Aminanta Mawatadi vendeuse de fournitures scolaires dans le marché Gambela à Kinshasa : « Les parents passent et achètent un ou deux uniformes, quelques cahiers…et les autres passent seulement pour demander les prix et nous promettre de revenir prochainement pour acheter. C’est compliqué, mais nous devons patienter. Les quelques jours avant la rentrée, là aussi les gens achètent en masse ».

Samba Nono, conducteur de taxi-bus « Dubaï » à Lubumbashi, n’a pas un discours vraiment différent à ce sujet : « Je ne suis pas encore prêt pour acheter toutes les fournitures possibles pour mes enfants. Je ne peux pas être en mesure de le faire d’un seul coup. Je fais les achats des unes après les autres. Je suis en train de faire tout mon possible pour voir si je vais toutes les acheter au plus tard la fin de ce mois d’Août ».

Pour un observateur, les années se succèdent et semblent se ressembler en RDC. Les parents sont toujours en grande majorité incapables de faire face à la rentrée scolaire de leurs enfants, notamment en termes de fournitures scolaires. Il interpelle l’Etat congolais sur cet aspect de choses qui perdure. « Jusque à quand les dirigeants du pays vont demeurer dans l’incapacité de soulager les familles en ce qui concerne les fournitures scolaires ? » s’est-il interrogé en conclusion.

Un commentaire sur “Rentrée scolaire : Parents et commerçants dans la tourmente

Les commentaires sont fermés.