Mise à profit du Gaz du lac Kivu : Le Rwanda dame le pion à la RDC

Mise à profit du Gaz du lac Kivu : Le Rwanda dame le pion à la RDC

Le lac Kivu, situé entre la République Démocratique du Congo, RDC, et le Rwanda, regorge 60 milliards de mètres cubes de ce gaz non encore exploités. Une quantité qui inquiète les scientifiques en cas d’éruption volcanique, d’autant que le lac se trouve aux pieds d’une chaîne des volcans dont certains sont encore actifs, notamment le Nyiragongo. Les deux pays ont toujours projeté passer chacun à l’exploitation de ce gaz. Aux dernières nouvelles, le Rwanda a lancé la construction d’une usine d’extraction et de compression du gaz méthane en vue de sa transformation en gaz naturel.

En effet, la RDC qui a toujours souhaité depuis des années exploiter le méthane enfermé dans le lac Kivu pour produire de l’électricité sans passer à l’acte, se voit devancer concrètement par son voisin le Rwanda. Kigali envisage de produire cette énergie qu’il va extraire du lac Kivu, dès début 2024. Le projet a été confié à la société Gazmeth, sur base d’un contrat d’une durée de 25 ans renouvelables.

Côté congolais, de projections renseignent que la première production d’électricité à partir de méthane pourrait s’effectuer entre 2024 et 2025.

Si la RDC a tardé à mettre à profit le gaz du lac Kivu, c’est en partie à cause du manque de technologies adéquates pour cet exercice, d’après certaines sources. Cependant, l’arrivée des nouveaux partenaires américains, tunisiens et koweitiens pourrait changer la donne.

Aujourd’hui c’est un secret de polichinelle qu’à l’heure de la menace dans l’approvisionnement de l’Europe en gaz, en raison de la crise ukrainienne, l’exploitation de cette ressource représente un grand avantage. Ce, non seulement pour étendre davantage l’accès à l’électricité aux ménages du pays, mais aussi pour l’exportation de cette ressource vers les régions dans le besoin, notamment l’Union européenne. La RDC a donc tout intérêt à ne plus trop trainer et à se montrer plus réaliste.